SEXUALITÉ MASCULINE

  • TRAITEMENT NATUREL DES CHLAMYDIA

    De toutes les infections sexuellement transmissibles, l'infection à Chlamydia trachomatis est aujourd’hui la plus fréquente chez les jeunes. En effet, elle affecterait désormais environ 10% des femmes (contre 4% il y a dix ans) et 5% des hommes... sans que les unes ou les autres le sachent la plupart du temps. Là où la médecine officielle n'a à proposer que les antibiotiques, la médecine alternative, a plusieurs propositions de traitements naturels du chlamydia (cliquez ici pour y accéder directement). ou Cliquez sur l'image ci-dessous pour découvrir ce traitement naturel

    Remede naturel contre le chlamydia

    La contamination se fait généralement dès le début de la vie sexuelle, raison pour laquelle l'infection touche particulièrement les 18 à 25 ans (surtout les jeunes femmes). Ainsi, près d’une femme atteinte sur deux est infectée dès son premier rapport sexuel ! Certains facteurs étant susceptibles de favoriser cette contamination, comme une contraception mal dosée ou une mycose génitale négligée ou mal traitée.

    La bactérie en cause, Chlamydia trachomatis, n'est pas vraiment une bactérie. Il s'agirait plutôt d'un parasite à mi-chemin entre le comportement d'un virus et d'une bactérie. Chlamydia se développe essentiellement au niveau de la muqueuse de l’urètre dans les deux sexes et du col de l’utérus chez la femme.

    En général, l’infection est sournoise car elle ne génère que très peu de symptômes gênants. Toutefois, elle peut être suspectée :

    • chez l’homme, à l’occasion de brûlures à la miction ou d’un petit écoulement en dehors de celle-ci. Mais les signes peuvent se réduire à de simples picotements !
    • chez la femme, à l’occasion d’une infection urinaire, ou d’une mycose vaginale, surtout si les symptômes persistent malgré un traitement apparemment adapté. Ou encore lors d’une consultation pour douleurs pendant l’acte sexuel.

    Chlamydia: on s'en aperçoit souvent trop tard

    Les Chlamydiae n'endommagent pas directement les tissus, mais provoquent une réaction inflammatoire qui jugule l'infection aussi longtemps que les bactéries subsistent dans l'organisme. Cette composante inflammatoire de la réaction immunitaire n'est pas toujours spectaculaire, mais si elle perdure, il peut y avoir des dommages à long terme. Toute chlamydiose urogénitale augmente par exemple le risque d’occlusion des trompes utérines de 20% et celui de grossesse extra-utérine de 10%.

    L’infection ne se révèle bien souvent que par une de ses complications qui sont multiples. Il peut s’agir :

    • d'une épididymite (infection du petit organe cylindrique situé derrière chaque testicule);
    • d’une prostatite chez l’homme;
    • d’une endométrite (infection du corps utérin);
    • d’une salpingite (infection des trompes de Fallope) chez la femme : la fièvre est alors souvent supérieure à 38°C et les douleurs intenses;
    • d'une rectite (inflammation du rectum);
    • d'une maladie de Nicolas-Favre (ulcération de la région génitale, disparaissant spontanément et suivie par une atteinte inflammatoire et douloureuse des ganglions lymphatiques inguinaux du côté où siégeait le chancre) dans les deux sexes.

    Les complications peuvent concerner un autre lieu que la sphère urogénitale :

    • angine,
    • trachome (kérato-conjonctivite susceptible d’entraîner la cécité, mais rares sous nos climats)

    Enfin, des syndromes complexes peuvent apparaître comme ceux de Fiessinger-Leroy-Reiter (caractérisé par la survenue simultanée d’une urétrite, d’une atteinte poly-articulaire et d’une conjonctivite, le plus souvent dans un cadre fébrile et affectant essentiellement les personnes appartenant au groupe cellulaire HLA B27) et de Fitz-Hugh-Curtis (inflammation fébrile des tissus au voisinage du foie, souvent à la suite d’une IVG).

    Le dépistage est donc essentiel. Il repose essentiellement sur la recherche de la bactérie au sein des cellules de la muqueuse urinaire. Du fait du caractère insidieux de l’infection, il est recommandé pour tout jeune adulte ayant une vie sexuelle de réaliser deux dépistages par an.

    Syndrome inflammatoire pelvien (SIP), attention aux premiers signes

    Les femmes se plaignent souvent de la combinaison de deux ou plusieurs signes parmi les suivants :

    • une douleur du bas-ventre évoluant depuis déjà quelques jours, dont la localisation n’est pas toujours facile à préciser;
    • des douleurs lors des nouveaux rapports;
    • des pertes vaginales différentes par leur aspect, leur abondance et leur odeur de la glaire;
    • parfois un saignement menstruel en dehors de la période prévue des règles;
    • des douleurs en urinant ou en allant à la selle;
    • de la fièvre, voire des frissons.

    L’intensité de chacun de ces signes est extrêmement variable d’une femme à l’autre, mais l’association de seulement deux d’entre eux doit immédiatement alerter car il peut s’agir d’un syndrome inflammatoire pelvien (SIP) dont la chlamydiose et la gonococcie sont les premières responsables. Toute suspicion de SIP doit amener à consulter rapidement, non seulement pour se débarrasser et guérir de l’infection, mais aussi pour éviter de propager celle-ci à son ou ses partenaires et préserver sa propre fertilité.

    Tous les partenaires dans les deux mois précédant l’apparition des premiers signes doivent être contactés et exhortés à consulter.

    La survenue d’un SIP n’est pas rare dans les trois semaines qui suivent la pose d’un stérilet. Le plus souvent, celle-ci est révélatrice d’une chlamydiose jusque-là silencieuse. Il est donc capital de consulter rapidement plutôt que de penser que ces symptômes ne sont en relation qu’avec la présence du corps étranger qu’est le dispositif intra-utérin.
    Pour toute femme qui a déjà eu une infection sexuellement transmissible, un seul des signes ci-dessus listés, même sur un mode mineur, doit amener à faire un dépistage de chlamydiose avant de se faire poser un stérilet.

    L’échec progressif des antibiotiques

    Le système immunitaire naturel est souvent peu efficace contre ce type d'infection. Les lymphocytes b ne parviennent pas à traquer les Chlamydiae, qui vivent à l'intérieur des cellules où les anticorps circulants ne les atteignent pas. Ainsi, l'organisme n'élimine jamais complètement la bactérie, et, d'autre part, l'immunité naturelle après une infection ne dure guère plus de six mois. Une infection, qui a apparemment disparu, peut donc se déclarer à nouveau des mois ou des années plus tard, et l'individu ne sera pas immunisé contre ces nouvelles agressions.

    Pendant longtemps, la médecine officielle est parvenue à contenir la progression de cette infection avec des antibiotiques (le plus souvent azithromycine et doxycycline), mais cette bactérie, comme la plupart de ses congénères, a su s'adapter à la réponse médicamenteuse. Les chiffres officiels estiment qu'il s'agit de 10 à 15% des Chlamydiae.

    Ainsi, il n'est pas rare de voir des infections à Chlamydia qui durent pendant des mois malgré les traitements antibiotiques.

    Les solutions naturelles

    Pour celles et ceux pour lesquels l'antibiothérapie a été inefficace, il faut évidemment penser à tous les antibiotiques naturels en soutien.

    Il faut également penser à la flore vaginale. Elle est composée en majeure partie de lactobacilles. Ces bactéries transforment le lactose en acide lactique pour acidifier l’environnement et empêcher ainsi la croissance de certaines bactéries nocives. Lorsque cette flore est insuffisante ou détruite, la vaginite s’installe avec son cortège de désagréments. Le remède est donc simple : il faut alors recoloniser la flore vaginale par les lactobacilles. Ce rééquilibrage de la flore vaginale peut être réaliser aux moyens d'ovules aux probiotiques (comme Symbiovag par exemple).

    Les antibiotiques naturels

    Je vous renvoie à nos autres articles sur les antibiotiques naturels. Dans le cas des chlamydiae, la prise d'extrait de pépin de pamplemousse ou d'argent colloïdal pourra consolider ou prendre le relais des traitements conventionnels. Certaines huiles essentielles ou plantes sont toutefois plus spécifiquement adaptées.

    Les huiles essentielles contre chlamydiae.

    Les huiles essentielles de myrte (Myrtus communis), de thym (Thymus vulgaris) et d’eucalyptus (Eucalyptus cryptonifera) ont fait la preuve de leur efficacité sur les chlamydiae. Elles peuvent être employées en ovules que l'on fera préparer par le pharmacien. Vous pouvez également employer ce remède plus spécifiquement destiné aux infections urinaires mais dont l'action englobe les infections à chlamydia. Ce remède à pour nom Cystactif ( il contient du Calluna vulgaris (bruyère) en teiture-mère, Uva ursi TM (busserole),  de l'huile essentielle de cajeput (Melaleuca cajeputi), de niaouli (Melaleuca quinquenervia), d'origan (Origanum compactum) et de santal (Santalum album).

    Les plantes

    • L'Usnée barbue (Usnea barbata). On peut faire appel à cette algue/mousse qui possède des pouvoirs antiseptiques et antiviraux. L'usnée semble efficace pour se débarrasser des chlamydiae, mais on n'en trouve que très difficilement (sous forme de granules homéopathiques ou de teinture-mère en pharmacie). Attention, ne vous risquez pas à identifier ce lichen vous-même pour en faire des tisanes car deux lichens qui se ressemblent beaucoup poussent souvent côte à côte. L'usnée est médicinale mais l'autre peut être toxique, donc il faut être certain de bien reconnaître l'espèce avant de l'utiliser pour ses propriétés.

     

    • En teinture mère, il faut en prendre des doses rapprochées et d'assez bonnes quantités (adulte moyen : 1,5 à 2 ml de teinture toutes les 2 heures). Si les symptômes ne disparaissent pas ou ne diminuent pas au bout de 12 à 24 heures après le début de la prise d'usnée, ou si la fièvre revient, cela signifie que l'usnée ne fonctionne pas et il ne sert à rien de continuer le traitement.

     

    • Toutes les plantes qui contiennent de la berbérine : Il y a 400 arbustes dans cette famille. Mais les extraits qui ont montré une action sur les chlamydiae sont principalement l'hydraste du Canada (Hydrastis canadensis), le mahonia à feuille de houx (Mahonia aquifolium) et l'épine-vinette (Berberis vulgaris).

     

    • L'hydraste du Canada (Hydrastis canadensis). Cette herbe contient, en plus de la berbérine, de l'hydrastine et plus de vingt autres alcaloïdes, dont on dit qu'ils ont un effet antibactérien synergique de la berbérine.

     

    • L'épine-vinette (Berberis vulgaris) peut s'acheter plus facilement sous nos climats sous forme de baies séchées. Cette plante (et surtout son fruit) est un des classiques de la médecine indienne et chinoise. Elle a été documentée pour la première fois en 1933 justement pour son action sur le trachome (infection oculaire bactérienne causée par Chlamydia trachomatis).

     

    • Le mahonia (Mahonia aquifolium). En 2004, une étude réalisée à l'université Comenius de Bratislava (Slovaquie) a confirmé l'effet antifongique et antibactérien de cette plante. La jatrorrhizine, un des composants de Mahonia aquifolium, semble être le principe actif le plus puissant.

    En accompagnement :

    • L'échinacée (Echinacea) tue une grande variété de pathogènes, notamment les virus, les bactéries et les infections à levures. Il renforce également les tissus et le système immunitaire en général.

     

    • Le palmier nain (Saw palmetto) est efficace dans le traitement des symptômes du tractus urinaire de la chlamydia qui survient fréquemment chez les hommes. Ses propriétés antiseptiques sont particulièrement efficaces dans la prise en charge des maladies des voies urinaires.

     

    • La gentiane. La médecine traditionnelle chinoise traite habituellement chlamydia avec une combinaison de deux ou trois herbes. La gentiane est incluse dans tous les remèdes à base de plantes pour le traitement de l'infection à chlamydia.

    Mieux connaître le chlamydia

    Le genre  Chlamydia comprend trois espèces : 
    psittaci, trachomatis et  pneumoniae. Ce sont des bactéries de petite taille, (0.2 micromètre) parasites cellulaires obligatoires, possédant ADN et ARN dont la paroi, mince, ressemble à celle des bactéries à Gram négatif.

    • Chlamydia trachomatis

    C’est un pathogène presqu'exclusif de l'homme. Quatre  sérotypes  (A,B,Ba,C)  sont  responsables  du  trachome,  infection  conjonctivale  sévissant  dans  les  pays  en  voie  de  développement.
    Huit  sérotypes  (D  à  K)  sont  en  cause  dans  des  "maladies  sexuellement  transmises"  (M.S.T.  fréquentes  et  souvent   asymptomatiques) :• L
    ocalisations basses,- urétrites non spécifiques et post gonococciques, épididymites chez l'homme ; 
    - cervicites et urétrites chez la femme.

    • Localisations hautes,
    - prostatite     
    - salpingite aiguë ou chronique, stérilité tubaire

    • Localisation extra-génitales
    - conjonctivites folliculaires. 
    - syndrome de Fiessenger-Leroy-Reiter associant conjonctivite, urétrite et atteinte articulaire. 
    - conjonctivite à inclusions, pneumonie, rhinite ou otite chez le nouveau-né, contaminé au moment de l'accouchement.

    • Chlamydia psittaci

    C. psittaci est répandu dans le monde animal (oiseaux, bovins
    et ovins). l'homme n'étant qu'un hôte occasionnel. 
    La  psittacose désigne  la  maladie  des  perroquets,  perruches  et serins ainsi que la maladie humaine ; le terme "ornithose"
    concerne les maladies des oiseaux sauvages ou de basse cour.
    La psittacose humaine donne lieu à une bronchopneumonie.

    • Chlamydia pneumoniae

    Le diagnostic peut se fonder sur l'isolement de la bactérie par culture sur oeuf embryonné plus délicate mais plus sûre que
    sur  cultures  cellulaires  sur  lesquelles  l'isolement n'est  parfois  pas  réussi. L'effet  cytopathogène se manifeste sous forme de petites inclusions rondes caractéristiques.
    Plus généralement, on a recours au diagnostic indirect par
    la mise en évidence d'anticorps sériques (immunofluorescence
    indirecte, ELISA).

  • Remèdes naturels pour la dysfonction érectile

    La dysfonction érectile (ED), également connu comme l’impuissance, est un problème de santé très commun, c’est une condition où un homme ne sont pas en mesure d’atteindre ou de maintenir une érection. Elle peut conduire à une faible estime de soi, la dépression et la culpabilité.

    Un éventail de causes de la dysfonction érectile peuvent être classées en deux catégories: physiques et mentales (psychologique). Environ 70 pour cent des cas d’impuissance ont des causes médicales et environ 30 pour cent ont des causes psychologiques.

    Les causes physiques sont notamment le rétrécissement des vaisseaux sanguins en raison de la haute pression sanguine (hypertension), l’hypercholestérolémie, le diabète, les changements hormonaux dus au vieillissement, la chirurgie ou des blessures, des problèmes de thyroïde, des problèmes rénaux, le tabagisme lourd, obésité, consommation excessive d’alcool, les carences nutritionnelles, certains les médicaments d’ordonnance et les traitements pour le cancer de la prostate ou hypertrophie de la prostate.
    Les causes psychologiques incluent l’anxiété, la dépression, le stress, et d’autres problèmes de santé mentale et des problèmes relationnels.

    Ce problème peut se résoudre si la cause sous-jacente est traitée. Nous disposons également d'un traitement naturel à base de plante pour soigner définitivement les problème de dysfonction érectile. Cliquer sur l'image ci-dessous pour découvrir ce traitement naturel. 

    Dysfonction erectile

    Les meilleurs remèdes pour les troubles érectiles

    La grenade

    Grenade

    La consommation quotidienne de grenade riche en antioxydants peut protéger les hommes contre la dysfonction érectile. Elle facilite la circulation sanguine et aussi aide à réduire le stress. De plus, elle permet d’augmenter le niveau d’oxyde de nitrite dans le corps qui à son tour augmente la circulation sanguine.
    Une étude pilote à petite échelle en 2007 a également constatée que le jus de grenade est efficace. Cependant, d’autres études sont encore nécessaires pour obtenir des résultats statistiquement significatifs.
    – Buvez un verre de jus de grenade par jour.
    – Vous pouvez également prendre des suppléments de grenade. Consultez votre médecin avant de prendre des suppléments.
     

    L’oignon

    OIGNON

    Les oignons ont aussi des qualités aphrodisiaques. De plus, ils contribuent à limiter la perte involontaire de sperme pendant le sommeil ou autres.

    • Coupez un à deux gros oignons blancs. Faites frire les tranches dans du beurre à feu doux jusqu’à ce qu’ils brunissent. Mangez les avec une cuillère à soupe de miel tous les jours avant votre dîner.
    • Alternativement, hachez finement deux gros oignons et trempez les dans deux tasses d’eau tiède pendant 10 minutes. Buvez une demi-tasse de ce liquide trois fois par jour pendant un mois

     

    Le ginseng

    Ginseng

    Le Ginseng rouge de Corée, aussi connu comme le ginseng asiatique ou le ginseng chinois, peut aussi être très efficace pour traiter la dysfonction érectile.
    Dans une étude publiée dans le Journal of Urology, 45 hommes souffrant de dysfonction érectile ont reçu soit le ginseng rouge de Corée ou soit un placebo. Ceux qui ont reçu 900 milligrammes de supplément de ginseng rouge trois fois par jour pendant huit semaines ont remarqué une amélioration de leurs symptômes.
     

    L’ail

    Ail

    L’ail est censé aider à traiter la dysfonction érectile, car il contient de l’allicine qui contribue à améliorer la circulation sanguine.
    Une petite étude du Dr Graham Jackson, cardiologue a prouvé que manger quatre gousses d’ail par jour pendant trois mois contribue à améliorer l’érection chez six des sept volontaires souffrant de dysfonction érectile.

    1. Mâcher de trois à quatre gousses d’ail quotidienne.
    2. Une autre option consiste à chauffer quelques gousses d’ail avec un peu de beurre clarifié sur feu doux jusqu’à ce qu’elles soient bien dorées. Mangez ces gousses d’ail quotidienne.
    3. En outre, vous pouvez mélanger une cuillère à café de chaque poudre d’ail et la poudre de poivre de cayenne et l’avoir avec de l’eau quelques heures avant d’aller au lit.

     

    L’arginine

    Arginine

    L’arginine est un acide aminé qui augmente les niveaux d’oxyde nitrique dans le corps. L’oxyde nitrique augmente la circulation sanguine et facilite l’érection en dilatant les vaisseaux sanguins dans le pénis.
    Selon une étude de 1999 publiée dans le British Journal of Urology International, les hommes atteints de dysfonction érectile qui ont pris 5 grammes d’arginine quotidiennement ont remarqué d’énormes améliorations de leur état.
    Mangez des aliments riches en protéines comme la viande, le poulet, le poisson, les pois et les noix et les graines qui contiennent l’arginine en grandes quantités.
    Vous pouvez également prendre des suppléments d’arginine après avoir consulté votre médecin
     

    Les amandes

    Amandes

    Les amandes sont considérés comme un aphrodisiaque et les gens l’ont utilisé depuis des milliers d’années. Être riche en vitamine E, les amandes promouvoir une bonne circulation sanguine et la circulation dans le corps. En outre, les amandes sont riches en zinc, le manganèse et le cuivre.

    1. Mélangez une cuillère à soupe d’amandes en poudre dans un verre de lait chaud. Buvez ce jour avant d’aller vous coucher.
    2. Sinon, faire tremper une poignée d’amandes dans l’eau pendant quelques heures. Mangez ces amandes par jour, 30 minutes avant d’aller vous coucher.

    Essayez l’une de ces voies de recours d’un mois à remarquer une différence dans votre état.
     

    Le gingembre

    gingembre

    Selon les herboristes, le gingembre est un autre bon remède. Il a des propriétés aphrodisiaques qui aident à soulager l’impuissance et l’éjaculation prématurée. De plus, les composés actifs dans le gingembre comme le gingérol, le shogaol et le zingibérène stimulent la circulation sanguine.

    • Mélangez une demi-cuillère à café de jus de gingembre avec un œuf à la coque et une cuillère à soupe de miel. Mangez ce mélange une fois par jour avant d’aller au lit pendant un mois.
    • Une autre option consiste à préparer un mélange de deux cuillères à café de chacun pâte de gingembre et miel. En prendre trois fois par jour pendant un à deux mois.
    • Vous pouvez aussi boire deux à trois tasses de thé au gingembre quotidienne.

     

    L’acupuncture

    Acuponcture naturel

    L’acupuncture a également été utilisée pour traiter les problèmes comme l’impuissance depuis des années. Elle peut améliorer la qualité de l’érection chez les hommes. Une étude de 2003 publiée pilote dans l’International Journal of Impotence Research a également constatée que l’acupuncture est utile dans le traitement de la dysfonction érectile psychogène.
    Dans cette ancienne pratique chinoise, le praticien insère aiguilles extrêmement fines en des points précis dans la paroi de l’abdomen. Cela restaure la bonne circulation de l’énergie dans le corps.
    Si vous optez pour ce traitement, assurez-vous de l’avoir fait par un praticien formé.
     

    La carotte

    Carrote

    Les herboristes chinois considèrent les carottes comme un bon remède pour traiter la dysfonction érectile, l’impuissance, en raison de leurs qualités aphrodisiaques et de leur haute teneur en bêta-carotène.

    • Mélangez trois carottes moyennes, trois branches de céleri, la moitié d’une betterave de taille moyenne et une à deux gousses d’ail dans un presse-agrumes. Buvez un verre de ce jus une fois ou deux fois par jour.
    • Buvez un verre de lait chaud avec deux cuillères à soupe de carotte râpée est une autre option.
    • Manger des salades, y compris les carottes crues quotidienne peut aussi aider.

     

    L’exercice pelvien

    Exercice pelvien

    Les exercices du plancher pelvien peuvent réussir à restaurer la fonction érectile chez les hommes atteints de dysfonction érectile. Selon une étude faites en 2005, les exercices du plancher pelvien peuvent fournir une solution à long terme pour l’impuissance. Ils aident à renforcer les muscles situés à la base du muscle du pénis.
    Tout en faisant des exercices du plancher pelvien, vous devez faire attention à la libération et le resserrement des muscles pelviens. Cela favorise également la continence urinaire.
    Il est recommandé d’apprendre ces exercices d’un expert, puis mettez-les en application. Faites ces exercices chaque jour pendant au moins trois mois pour obtenir des résultats positifs.
     
     
    Conseils supplémentaires pour les problèmes d’érection

    Si vous avez une pression artérielle élevée , un taux élevé de cholestérol ou de sucre élevé dans le sang, faire vous traiter.
    Faites de l’exercice physique au moins quatre fois par semaine.
    Cesser de fumer, car cela peut aggraver votre état.
    Évitez les excès de consommation d’alcool, l’alcool peut avoir un impact énorme sur les érections.
    Réduisez votre niveau de stress.
    Les aliments riches en acides de zinc et de gras oméga-3 doivent faire partie de votre régime alimentaire normal.

  • Maladies sexuellement transmissibles (MST): Traitement naturel

    Les maladies sexuellement transmissibles (MST) ou les infections sexuellement transmissibles (IST) sont des affections qui se transmettent d'une personne à une autre sexuellement, soit par voie vaginale, anale ou orale.

    Les symptômes de ces maladies sont nombreux et parfois très agaçants. Ils peuvent être subis à la fois par les hommes et les femmes, bien que les conséquences les plus graves sur la santé soient souvent subies par les femmes.

    La meilleure arme pour combattre les MST est la prévention, que ce soit par l'utilisation de préservatifs, de vaccins ou d'autres mesures. Malgré cela, il existe maintenant des traitements naturels pour presque toutes ces infections et il est donc facile d'en guérir. Pour découvrir ce traitement naturel, Cliquer sur l'image ci-dessous.

    Traitement des MST

    Les causes

    Les infections sexuellement transmissibles se transmettent par le contact de fluides tels que le sang, le sperme, les sécrétions vaginales, etc., de sorte que la principale voie de transmission est le sexe non protégé.

    Cependant, les IST peuvent également être transmises par l'utilisation de seringues contaminées, les transfusions sanguines, le contact entre les plaies et même certaines d'entre elles peuvent être transmises de la mère à l'enfant pendant la grossesse ou l'accouchement.

    Les agents responsables de ces infections sexuellement transmissibles sont les suivants:

    Bactéries
    gonorrhée, syphilis, chlamydia.
    Virus
    papillome humain, hépatite, herpès génital, VIH.
    Parasites
    la gale, la trichomonase.

    Imagen: transmission VIH

    Facteurs de risque

    En général, toutes les personnes qui sont sexuellement actives et qui n'utilisent pas de barrière de protection comme les préservatifs sont exposées à une MST.

    Cependant, nous discuterons ci-dessous des facteurs qui peuvent augmenter le risque d'infection :

    • Avoir entre 15 et 24 ans.
    • Avoir des rapports sexuels non protégés avec de multiples partenaires.
    • Avoir des antécédents de MST.
    • Viol ou agression sexuelle.
    • L'abus d'alcool et de drogues, en particulier ceux dans lesquels les seringues sont partagées.

    Symptômes des MST

    Tout d'abord, il doit être clair que les MST n'entraîneront pas toujours des signes et des symptômes chez la personne atteinte. Par conséquent, les MST peuvent passer inaperçues pendant de longues périodes, jusqu'à ce que des complications apparaissent.

    Les symptômes peuvent ne pas apparaître avant des années après l'infection. Dans d'autres cas, par contre, ils apparaissent en quelques jours et il est possible d'établir un diagnostic plus rapide.

    Les signes et symptômes les plus courants des maladies sexuellement transmissibles sont les suivants :

    • Douleur en urinant
    • Pertes vaginales avec une mauvaise odeur ou couleur
    • Douleur pendant les rapports sexuels
    • Saignements vaginaux qui ne correspondent pas aux menstruations
    • Douleur dans le bas-ventre
    • Ecoulement inhabituel du pénis
    • Apparition de plaies, verrues ou ulcères dans la région génitale ou buccale
    • Ganglions lymphatiques enflés et douloureux
    • Fièvre
    • Éruption cutanée

    Imagen: symptomes ist

    Les différents types

    Il existe plus de 20 types de maladies sexuellement transmissibles. Nous allons évoquer les traitements les plus courants et les plus efficaces pour les combattre.

    Chlamydia.

    La chlamydia est l'une des MST les plus courantes et est causée par la bactérie Chlamydia trachomatis.

    Dans la plupart des cas, la chlamydia ne présente aucun symptôme chez la personne atteinte, mais elle peut avoir de graves conséquences sur la santé si elle n'est pas traitée, comme la maladie inflammatoire pelvienne (MIP) chez les femmes.

    Pour découvrir le traitement naturel le plus éfficace contre le chlamydia, Cliquer sur cette phrase en jaune: TRAITEMENT NATUREL DU CHLAMYDIA

    Gonorrhée

    La gonorrhée, aussi appelée blénorrhagie, est une infection causée par la bactérie Neisseria Gonorrhoeae. Sa principale voie d'infection est le sexe vaginal, anal ou oral.

    Comme dans le cas précédent, la gonorrhée ne présente habituellement pas de symptômes, mais peut causer une maladie inflammatoire pelvienne si elle n'est pas traitée, ce qui entraîne l'infertilité et des problèmes pendant la grossesse.

    Le traitement naturel contre la gonorrhée est très simple. Cliquer sur la phrase jaune: TRAITEMENT NATUREL GONORRHEE

    Syphilis

    La syphilis est une infection bactérienne qui peut devenir grave si elle n'est pas traitée rapidement. La bactérie responsable est Treponema Pallidum et affecte aussi bien les hommes que les femmes.

    Son principal symptôme est l'apparition de plaies dans la région génitale appelée chancres qui sont très contagieuses. Dans les cas les plus graves, la syphilis peut entraîner des lésions cérébrales, la paralysie et la cécité.

    Découvrez le traitement naturel contre la Syphilis en cliquant sur cette phrase jaune: TRAITEMENT NATUREL SYPHILIS

    VPH

    Le papillomavirus humain, ou HPV, est la maladie sexuellement transmissible la plus courante.

    Il existe environ 40 types de VPH qui affectent les organes génitaux des hommes et des femmes et qui sont transmis par contact sexuel.

    Le VPH cause des lésions cutanées connues sous le nom de verrues génitales qui sont indolores mais très contagieuses. Dans les cas les plus graves, la syphilis peut entraîner des lésions cérébrales, la paralysie et la cécité.

    Imagen: virus du papillome humain vph

     

    Hépatite B

    L'hépatite est une maladie qui affecte le foie et peut être causée par différents virus : hépatite A, hépatite B et hépatite C. Le virus de l'hépatite B se transmet habituellement par contact sexuel.

    L'hépatite peut déclencher une maladie hépatique grave à vie, avec cicatrices permanentes du foie (cirrhose), cancer, insuffisance hépatique, etc.

    Il existe un remède naturel contre le virus de l'hépatite B, Cliquer sur la phrase jaune: TRAITEMENT NATUREL HEPATITE B

    Herpès génital

    L'herpès génital est une infection très courante causée par le virus de l'herpès simplex (HSV). Il existe deux types ou souches de ce virus :

    • Herpès simplex type 1 (VHS-1)
    • Herpès simplex type 2 (VHS-2)

    Les deux types peuvent mener à l'herpès génital, bien qu'il soit plus courant que l'agent causal soit le VHS-2.

    L'herpès génital se caractérise par des lésions de la vulve, du vagin, du col de l'utérus, de l'anus, du pénis, du scrotum, des fesses et/ou de l'intérieur des cuisses.

    L'herpès se transmet au contact de la peau. Il existe des produits naturels contre l'herpes. Cliquer sur la phrase jaune suivante. TRAITEMENT NATUREL DE L'HERPES

    VIH

    Le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) est l'agent causal de la maladie connue sous le nom de SIDA(syndrome d'immunodéficience acquise).

    En particulier, le VIH affecte le système immunitaire de l'individu et l'affaiblit, ce qui diminue ses défenses et facilite sa maladie.

    Le VIH peut rester dans le corps humain pendant des années sans développer de symptômes. Cependant, il existe de remède définitif contre le VIH. Cliquer sur cette phrase jaune: TRAITEMENT NATUREL DU VIH-SIDA

    Aujourd'hui, il existe des traitements antirétroviraux très efficaces qui parviennent à maintenir une très faible charge virale chez les personnes séropositives, ce qui leur permet de gagner en qualité de vie et même la possibilité d'avoir un enfant sans risque d'infection.

    Vous trouverez plus d'informations à ce sujet dans l'article suivant: Options pour avoir un enfant en étant séropositif.

    Gale

    La gale est une affection cutanée causée par des parasites : les acariens de la gale.

    Sa transmission se fait de peau à peau, généralement pendant les rapports sexuels, c'est pourquoi on la considère également comme une MST.

    La gale cause des éruptions cutanées, de l'irritation et beaucoup de démangeaisons. Bien qu'elle ne soit pas grave, sa contagion est très facile et les symptômes très gênants.

    Le traitement de la gale consiste en l'application de notre pommade naturelle.

    La trichomonase.

    La trichomonase est la MST guérissable la plus courante qui existe, car elle est facilement propagée pendant les rapports sexuels par un parasite protozoaire unicellulaire appelé Trichomonas vaginalis.

    Les personnes atteintes de trichomonase ne développent généralement pas de symptômes, bien que certaines femmes puissent développer une vaginite ou une irritation du vagin.

    Le traitement de la trichomonase est très simple et consiste à prendre les produits des experts du 

    Prévention des MST

    Pour la prévention des maladies sexuellement transmissibles, le plus important est que toute la population, en particulier les jeunes, ait une bonne éducation sexuelle.

    Les méthodes contraceptives sont efficaces pour prévenir les grossesses non désirées. Cependant, le préservatif est la seule méthode qui offre le maximum de garanties lorsqu'il s'agit de prévenir la propagation des MST.

    Malgré le fait qu'environ 95% des adolescents dans le monde ont accès à l'une des méthodes de prévention des MST, seuls 5% des jeunes en âge de procréer les utilisent.

    Afin d'encourager les rapports sexuels protégés et de réduire le risque de contracter une MST, les recommandations "ABC" examinées ci-dessous ont été élaborées il y a des années :

    A pour abstinence
    l'abstinence est le moyen le plus efficace d'éviter les MST.
    B pour Be faithful (être fidèle)
    des relations à long terme, mutuellement monogames, réduisent le risque de contracter une MST.
    C comme condom
    l'utilisation de préservatifs et de protège-dents réduira toujours le risque d'infection si les deux recommandations ci-dessus ne sont pas respectées.

  • CANCER DU TESTICULE : Traitement naturel

    Le cancer du testicule est une pathologie rare, mais il touche principalement les jeunes hommes en âge de procréer. Malgré cela, ces tumeurs sont curables dans la plupart des cas et ont un taux de survie élevé. Si un cancer des testicules est confirmé, il est conseillé à tous ces hommes de congeler leur sperme avant de subir un traitement pour lutter contre le cancer afin de préserver leur fertilité.

    Les experts du Centre de Phytothérapie (Mes Plantes), recommandent l'autopalpation précoce des testicules pour détecter tout signe, tel qu'une masse et mettent aussi à votre disposition un traitement naturel à base de plante médicinale pour guérir définitivement du Cancer du testicule. Cliquer sur l'image ci-dessous pour découvrir ce traitement naturel.

    Racine anti cancer

    Types de cancer du testicule

    Le cancer du testicule est la tumeur la plus fréquente chez les hommes de 15 à 40 ans.

    Bien que son taux de mortalité soit tombé très bas dans les dernières années, le fait qu'il touche les hommes en âge de procréer rend le cancer des testicules très grave pour les couples qui souhaitent avoir des enfants.

    Le cancer du testicule et surtout les traitements pour l'éradiquer (chimiothérapie et radiothérapie) affectent sérieusement la fertilité masculine.

    Imagen: Cancer du testicule

    Le pronostic et le traitement du cancer des testicules dépendent essentiellement du type de tumeur.

    Plus de 90% des tumeurs testiculaires sont générées dans les cellules germinales, où a lieu la spermatogenèse ou la production de sperme. Pour cette raison, ces tumeurs sont aussi appelées tumeurs germinales qui se distinguent par les types suivants :

    Séminome

    Les séminomes représentent environ 40% des tumeurs testiculaires. Ils sont caractérisées comme des tumeurs à croissance lente et ne se propagent généralement pas à d'autres parties du corps.

    L'un des marqueurs tumoraux de ce type de cancer est l'hormone gonadotrophine chorionique humaine(hCG), qui est souvent élevée et utilisée pour diagnostiquer le cancer des testicules. De plus, les séminomes sont classés en deux sous-types :

    Séminome classique
    c'est le plus courant et il touche habituellement les hommes âgés de 25 à 45 ans.
    Séminome spermatocytaire
    il est très rare et se produit à un âge plus avancé, vers 65 ans.

    Comme il s'agit de tumeurs à croissance très lente, leur pronostic est très bon et ils sont très sensibles à la radiothérapie.

    Tumeur non séminomateuse

    Les tumeurs non séminomateuses représentent environ 60% des tumeurs testiculaires et apparaissent généralement très jeunes (entre 15 et 35 ans).

    Ces tumeurs se développent plus rapidement et sont donc plus sévères.

    Les principaux sous-types de tumeurs germinales non séminomateuses sont les suivants :

    Carcinome embryonnaire
    c'est le plus fréquent et le plus agressif, car la tumeur se propage généralement rapidement à d'autres organes. Les marqueurs tumoraux de ce type de cancer sont la hCG et l'alpha-fœtoprotéine (AFP).
    Carcinome du sac vitellin
    c'est la forme la plus courante chez les enfants et les jeunes, avec un grand potentiel de guérison. Cependant, à un âge plus avancé, ils ont tendance à être plus compliqués. Le principal marqueur tumoral est également l'alpha-fœtoprotéine.
    Choriocarcinome
    c'est une tumeur très rare qui affecte les mâles adultes. Elle croît très rapidement et peut se propager à d'autres parties du corps. Le principal marqueur tumoral est également l'alpha-fœtoprotéine.
    Tératome
    ce sont des tumeurs qui présentent des cellules des trois couches embryonnaires : l'endoderme, le mésoderme et l'ectoderme. Ils apparaissent souvent comme faisant partie de tumeurs mixtes de cellules germinales et n'augmentent pas les taux d'hCG ou d'AFP.

    Les tumeurs mixtes de cellules germinales contiennent à la fois des cellules séminomateuses et non séminomateuses. Ce type de cancer du testicule est traité de la même manière que les non-séminomes parce qu'ils se développent et se propagent comme ceux-ci.

    Facteurs de risque

    Les causes exactes du cancer sont inconnues, bien que l'on sache que le mode de vie d'une personne peut être lié et augmenter la probabilité de développer un type de tumeur.

    Concrètememt, les facteurs de risque de cancer des testicules sont les suivants :

    • Cryptorchidie : testicule non descendu après la naissance.
    • Antécédents familiaux de cancer des testicules
    • Infection au VIH.
    • Facteurs environnementaux : les hommes qui sont exposés à des produits chimiques ou à des radiations dans le cadre de leur travail.
    • Modifications génétiques telles que le syndrome de Klinefelter qui provoquent un développement anormal des testicules.
    • Race ou origine ethnique : Les hommes blancs ont une incidence plus élevée de cancer des testicules que les hommes afro-américains.

    Il est à noter que le fait d'avoir un ou plusieurs facteurs de risque ne signifie pas qu'un homme développera un cancer des testicules.

    Symptômes et diagnostic

    Tout d'abord, tous les spécialistes dans ce domaine insistent sur l'importance d'un diagnostic précoce du cancer du testicule afin de pouvoir appliquer un traitement facile et rapide pour enlever la tumeur sans affecter sérieusement la santé de l'homme.

    Pour cela, il est recommandé que tous les jeunes, à partir de l'âge scolaire, effectuent fréquemment une autopalpation testiculaire afin de détecter tout signe de cancer, tel que l'apparition d'une masse dans la zone des testicules.

    D'autres signes et symptômes à surveiller pour détecter le cancer du testicule sont les suivants :

    • Inflammation ou grosseur indolore dans le testicule
    • Changement dans la taille, la forme et/ou la texture du testicule
    • Sensation de lourdeur dans le scrotum
    • Inconfort dans la région testiculaire
    • Douleur dans le bas-ventre, le dos ou l'aine
    • Accumulation de liquide dans le scrotum
    • Augmentation ou sensibilité de la poitrine

    Imagen: Détection cancer testicule

    Malgré tout ce qui précède, certains hommes ne présentent aucun symptôme de cancer des testicules, et le cancer des testicules ne peut être détecté que par des tests médicaux pour d'autres maladies. Par exemple, en effectuant une échographie testiculaire lors d'une étude sur l'infertilité masculine.

    Traitement

    Le traitement du cancer des testicules dépend principalement du type de tumeur, de son stade et du fait qu'il touche l'un des testicules ou les deux.

    Voici une description des traitements anticancéreux les plus importants :

     Phytothérapie

    Les expert du Centre de Phytothérapie d'Afrique (Mes Plantes) vous conseil un traitement naturel contre le cancer du testicule pour diminuer considérablement le rique de stérilité. www.mesplantes.net

    Chirurgie
    l'ablation testiculaire (orchidectomie inguinale radicale) est indiquée pour tous les types et stades du cancer du testicule. Son taux de guérison est très élevé, bien qu'il soit parfois nécessaire de combiner la chirurgie avec la chimiothérapie ou la radiothérapie pour prévenir les rechutes.
    Radiothérapie
    elle est très efficace dans les tumeurs de type séminome. Des rayons d'énergie puissants sont dirigés vers la région testiculaire, détruisant ainsi les cellules cancéreuses. Son taux de guérison est supérieur à 95 % dans les premiers stades, mais il n'est pas très sensible aux tumeurs non séminomateuses.
    Chimiothérapie
    c'est le traitement de choix lorsque la tumeur s'est propagée à d'autres parties du corps. Il s'agit de médicaments (bléomycine, carboplatine, étoposide ou cisplatine, entre autres) pour tuer les cellules cancéreuses.

    Effets sur la fertilité

    Le cancer des testicules ne cause pas de problèmes de stérilité masculine. Cependant, ce sont les traitements contre le cancer qui font qu'il devient difficiel pour beaucoup de garçons d'avoir des enfants après leur guérison.

    Les effets sur la fertilité masculine dépendront du type de traitement. Premièrement, l'ablation d'un testicule ne modifie pas la fonction sexuelle masculine ni les paramètres séminaux. Le testicule restant est capable de continuer à produire la même quantité de spermatozoïdes et d'hormones sexuelles pour répondre à tous les besoins.

    D'autre part, la radiothérapie et la chimiothérapie affectent la spermatogenèse des deux testicules et peuvent causer une infertilité temporaire ou permanente selon l'agressivité du traitement.

    Pour cette raison, la meilleure façon de devenir parent dans l'avenir est de préserver la fertilité en congelant le sperme. Il est seulement nécessaire que l'homme laisse un échantillon de sperme au laboratoire après 3-5 jours d'abstinence.

  • Orchite, Epididymite et Prostatite : Traitement naturel

    Les infections séminales sont des invasions de microorganismes pathogènes qui se produisent quelque part dans l'appareil reproducteur et urinaire masculin, de sorte qu'elles peuvent être présentes dans le liquide séminal. Elles peuvent affecter les testicules, causant l'orchite, l'épididyme causant l'épididymite, ou la prostatite si elle se produit dans la prostate.

    Dans le chemin que le sperme et le liquide séminal doivent suivre pour aller vers l'extérieur, un contact avec la zone infectée aura lieu, ce qui peut altérer la capacité du sperme à féconder l'ovule. L'inflammation due à l'infection peut causer une obstruction et empêcher le sperme ou l'éjaculat de sortir. Cependant, Nous disposons d'un traitement naturel à base de plante médicinale pour soigner définitivement l'Orchite, l'Epididymite et la Prostatite. Cliquer sur l'image ci-dessous pour découvrir ce traitement naturel.

    Traitement naturel contre l'Orchite, Epididymite et Prostatite

    Comment savoir si je souffre d'une infection séminale?

    Il est rare que les infections séminales causent des symptômes, de sorte qu'elles peuvent ne pas être détectées pendant une longue période de temps. C'est précisément pour cette raison qu'elles peuvent conduire à l'infertilité masculine.

    Pourtant, parfois, un homme peut ressentir certains symptômes:

    • Changements dans le sperme, tels que l'odeur et la couleur.
    • Irritation et démangeaisons.
    • Brûlures en urinant.
    • Sécrétion de liquide de l'urètre.
    • Du sang dans le liquide séminal.
    • Douleurs inguinales ou génitales, comme les douleurs à la prostate, aux testicules, etc.

    Si l'un de ces symptômes existe, il est important d'éviter les rapports sexuels et de consulter immédiatement un médecin pour demander une analyse de sperme et d'urine.

    Comme dans la majorité des cas, l'homme ne sait pas qu'il a une infection, il est très fréquent qu'elle soit détectée après une visite chez le médecin à cause de l'infertilité du couple.

    Analyse du liquide séminal

    Dans l'étude de fertilité masculine, un séminogramme ou spermogramme est fait pour voir l'état du sperme, analysant à la fois le liquide séminal et les spermatozoïdes qu'il contient. Si un nombre élevé de leucocytes, un pH acide ou des valeurs modifiées dans la biochimie du sperme sont observés dans le résultat du spermogramme, cela pourrait être dû à une infection séminale. Par conséquent, une culture d'urine et de sperme devrait être demandée pour le confirmer.

    Imagen: Analyse infection sperme

    La première évaluation faite dans le spermogramme est une étude macroscopique du liquide séminal. Dans cette partie, l'étude du pH peut déjà indiquer la possibilité d'infection en cas d'acidité. Le pH du sperme doit être supérieur à 7,2. Sinon, la mobilité et la capacité de fécondation des spermatozoïdes peuvent être réduites.

    Par la suite, on étudie ce que contient le sperme. Pour cela, une étude biochimique (généralement un test complémentaire au spermogramme) est réalisée pour détecter les molécules nutritives présentes dans le sperme, ainsi qu'une étude microscopique pour analyser les spermatozoïdes et la présence des autres cellules.

    Le liquide séminal étant composé des sécrétions des glandes accessoires du système reproducteur masculin, grâce à l'étude biochimique du sperme qui analyse ces sécrétions, des anomalies peuvent être détectées tant dans les glandes séminales (prostate et vésicules séminales) que dans l'épididyme :

    • Prostate: sécrète un liquide laiteux contenant de l'acide citrique, du calcium, de la phosphatase acide et du zinc. Son pH alcalin neutralise l'acidité des sécrétions vaginales et augmente la motilité du sperme.
    • Vésicules séminales: sécrète un liquide contenant principalement du fructose, des prostaglandines et des fibrinogènes. Les prostaglandines rendent la glaire cervicale plus réceptive et provoquent des contractions dans l'utérus et les trompes de Fallope pour faciliter le mouvement des spermatozoïdes vers l'ovule.
    • Épididyme : en plus de permettre la maturation et l'activation des spermatozoïdes, il sécrète de l'alpha-glucosidase neutre, un composé qui nous permet de déterminer si elle présente une pathologie.

    Par conséquent, des altérations des molécules sécrétées par ces structures peuvent indiquer leur mauvais fonctionnement en raison de certaines pathologies. Pour détecter les altérations, une quantification de l'acide citrique, du fructose, du zinc, de la phosphatase acide et de l'alpha-glucosidase neutre est effectuée dans l'étude biochimique du sperme.

    De plus, si l'examen microscopique révèle un nombre élevé de pyocytes ou de leucocytes (plus de 1 million par millilitre), il y a leucocytose, ce qui indique la présence d'une infection et une culture serait nécessaire.

    Culture de sperme et analyse d'urine

    La culture de sperme ou spermoculture permet la détection de microorganismes dans le sperme. Dans des conditions normales, le sperme ne devrait pas contenir de bactéries ou de champignons. Par conséquent, comme les valeurs normales de culture de sperme sont nulles, si la présence d'un microorganisme est détectée, il y aura une infection.

    D'autre part, l'analyse d'urine ou l'uroculture détecte des microorganismes infectieux, principalement des bactéries et des champignons, dans l'urine. Dans des situations normales, l'urine contient des microorganismes, mais s'ils sont en grande quantité, ils peuvent causer une infection des voies urinaires.

    Pour cette raison, la concentration de chacun des microorganismes présents est quantifiée dans l'analyse. Si la quantité dépasse ce qui est considéré comme normal, cela signifie qu'il y a une infection.

    Quel genre d'infection séminale existe-t-il?

    Les infections peuvent affecter différentes parties de l'appareil génital masculin, tant dans les voies reproductrices que dans les voies urinaires. L'infection peut exister dans l'urètre, la prostate, le canal éjaculatoire, les vésicules séminales, le canal déférent, l'épididyme et les testicules.

    Imagen: Infections séminales

    Si l'infection affecte les voies spermatiques, elles peuvent s'inflammer et causer une obstruction. Selon le moment où l'inflammation se produit, l'éjaculation et/ou la production de spermatozoïdes peuvent être altérées.

    Orchite

    L'orchite est une inflammation de l'un ou des deux testicules, généralement due à une infection du testicule ou de l'épididyme (orchite-épidididymite). L'infection peut être à la fois bactérienne et virale. Les infections bactériennes possibles comprennent la gonorrhée et la chlamydia, les maladies transmises sexuellement, et la cause virale la plus courante est les oreillons.

    Cette condition peut causer la stérilité masculine, car avec l'inflammation, la température du testicule augmente, altérant la production de spermatozoïdes (spermatogenèse).

    Dans le cas de l'orchite bactérienne, si elle est correctement diagnostiquée et traitée, la fonction normale du testicule peut être rétablie. Cependant, l'orchite parotidienne (causée par les oreillons) n'est pas traitée et il y a un risque que l'homme devienne définitivement stérile.

    L'épididymite

    L'épidermite est l'inflammation d'un ou des deux épididymes, la structure qui relie le testicule au canal déférent et où les spermatozoïdes arrivent à maturité.

    Elle est habituellement causée par la propagation d'une infection bactérienne provenant de l'urètre ou de la vessie. Les microorganismes responsables les plus courants chez les jeunes hommes sont la gonorrhée et la chlamydia, des maladies sexuellement transmissibles. En revanche, chez les garçons et les hommes plus âgés, Escherichia coli est le plus fréquent.

    Cette infection peut également être causée par d'autres microorganismes comme l'uréaplasma ou Mycobacterium tuberculosis (Bacille de Koch), ainsi que par un médicament appelé amiodarone.

    Après le traitement de l'infection, comme l'épididyme est si mince, il est courant que le processus de guérison implique une fibrose et donc une obstruction. Dans ce cas, les spermatozoïdes ne pourraient pas sortir et une azoospermie se produirait.

    Prostatite

    La prostatite est un groupe de maladies affectant la prostate qui présentent des symptômes similaires tels que la douleur ou l'inconfort dans la région périnéale et le tractus génito-urinaire.

    L'affection n'est pas toujours causée par une infection et il n'y a pas nécessairement d'inflammation de la prostate. La prostatite peut être divisée en quatre catégories:

    • Prostatite bactérienne aiguë: Il s'agit d'une infection aiguë de la prostate.
    • Prostatite bactérienne chronique: Ceci est dû à une prostatite aiguë mal traitée ou à une infection récurrente des voies urinaires.
    • Prostatite chronique non bactérienne ou syndrome de douleur pelvienne chronique: Des symptômes de prostatite sont présents, mais l'infection n'en est pas la cause. Il peut être pris avec ou sans inflammation.
    • Prostatite inflammatoire asymptomatique: L'infection et l'inflammation se produisent, mais il n'y a aucun symptôme.

    Dans les cas où la prostatite est causée par une infection bactérienne, le diagnostic est simple et dans sa forme aiguë, le traitement est efficace. Cependant, dans les formes chroniques non bactériennes, l'origine n'est pas entièrement claire, de sorte que le diagnostic et le traitement sont compliqués.

    La prostatite peut causer des problèmes d'activité sexuelle et de stérilité chez les hommes.

    Vesiculite séminale

    La vésiculite séminale est une inflammation des vésicules séminales. Cette inflammation est habituellement due à la propagation d'une infection provenant d'une autre zone de l'appareil génito-urinaire, comme la prostatite, l'urétrite ou l'épididymite. Dans de très rares cas, il s'agit d'une maladie indépendante.

    Elle peut causer l'infertilité masculine, car elle peut affecter la qualité du sperme.

    Comment une infection peut-elle affecter la fertilité?

    Une infection de l'appareil reproducteur et des organes peut entraîner une baisse de la fertilité pour diverses raisons:

    • Empêcher la formation de spermatozoïdes: si l'infection affecte les testicules, comme dans le cas de l'orchite, la spermatogenèse peut être entravée, entraînant une oligospermie ou une azoospermie sécrétoire.
    • Obstruction des voies séminales: cela peut causer une oligospermie ou une azoospermie obstructive en empêchant la libération normale du sperme.
    • Altération de la mobilité des spermatozoïdes: les microorganismes peuvent adhérer aux spermatozoïdes et causer de l'asthénozoospermie, ce qui rend difficile leur transport vers l'ovule.
    • Modification de la morphologie des spermatozoïdes: les spermatozoïdes sont produits en continu dans le testicule par un processus que l'on appelle la spermatogenèse. Elle dure de 60 à 75 jours et, s'il y a une infection qui affecte la formation du sperme, une altération de sa forme (tératozoospermie) peut survenir. Les altérations dans la forme peuvent empêcher le déplacement jusqu'à l'ovule et la fécondation.
    • Augmentation de la fragmentation de l'ADN du sperme: les brins d'ADN qui sont fortement compactés dans la tête du spermatozoïde subissent de petites coupures qui semblent affecter négativement la fécondation et la capacité d'implantation des embryons.
    • Formation d'anticorps antispermatozoïdes: cela provoque l'agglutination des spermatozoïdes et réduit les chances de fécondation de l'ovule.

    Les infections de l'appareil génital masculin peuvent également se transmettre par le sperme, qui peut infecter les organes reproducteurs d'une femme et affecter sa fertilité.

    Traitement des infections séminales

    Dans la plupart des cas, les infections séminales peuvent être traitées et guéries avec des antibiotiques. Des anti-inflammatoires pour réduire l'inflammation et des analgésiques peuvent également être administrés pour soulager la douleur.

    Il faut éviter les rapports sexuels jusqu'à ce qu'eux-mêmes et leur partenaire soient traités et que l'infection soit éliminée. Il est recommandé d'attendre un examen post-traitement pour confirmer que l'infection a disparu.

    Lorsque le traitement de fertilité est initié et que ces tests sont positifs pour toute infection, il est impératif de détecter l'agent infectieux et de l'éliminer avant de commencer les procédures de procréation assistée. Il est nécessaire d'attendre que les taux de leucocytes dans le sperme reviennent à des valeurs normales avant de commencer le traitement de reproduction.

    Comme l'organisme souffre d'une infection, les paramètres séminaux peuvent être affectés et non représentatifs, de sorte que la technique idéale de procréation assistée ne peut être indiquée. Si la fertilité masculine n'est pas rétablie, on peut recourir à la fécondation in vitro (FIV) ou à l'ICSI.

    Si l'infection est grave parce qu'elle n'a pas été éliminée avec des antibiotiques dans sa phase initiale, une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour tenter de réparer les dommages. Dans les processus aigus où l'infection n'a pas été traitée à temps, elle peut entraîner une infertilité permanente.

  • TRAITEMENTS NATURELS CONTRE L'HERPES

    traitements naturels contre l’herpès

    Les poussées d’herpès se produisent en raison d’une attaque par les virus simplex de l’herpès. Le virus se propage d’une personne à une autre par contact étroit.

    L’herpès simplex virus de type 1 est habituellement transmis par contact avec la salive infectée (par exemple, par un baiser, manger avec les mêmes ustensiles, ou partage d’articles personnels). Il est associé à des infections de la bouche, des lèvres et du visage.

    Le virus de l’herpès simplex de type 2, est transmis sexuellement et est associé à des lésions ou des ulcères génitaux. Les infections menant à l’herpès génital dans la bouche et l’herpès oral dans la région génitale peuvent être causés par un contact oral-génital. Le virus peut être transmis même lorsque les plaies et les symptômes ne sont pas visibles.

    Les poussées d’herpès sont caractérisées par des boutons de fièvre, des plaies dans la bouche, et les ganglions lymphatiques. Le premier épisode d’une poussée d’herpès peut aussi être accompagnée d’une fièvre.

    Après une épidémie, le virus a tendance à se replier sur le système nerveux. Il peut redevenir actif en raison de déclencheurs comme le stress, la maladie, certains aliments, les changements hormonaux, la chirurgie, et un système immunitaire affaibli. Cependant, les experts du Centre de Phytothérapie (Mes Plantes), disposent d'un traitement naturel à base de plantes médicinale pour soigner définitivement l'herpès. Cliquer sur l'image ci-dessous pour découvrir ce traitement naturel. 

    Traitement herpes

    La glace

    Cube de glace

    La glace aide à soulager la douleur et la gêne provoquée par les poussées d’herpès.
    – Enveloppez un cube de glace dans un linge ou une serviette.
    – Placez-le sur la zone affectée pendant environ 10 minutes.
    Action à répéter plusieurs fois par jour pendant quelques jours jusqu’à ce que vous voyez une amélioration.

    Le vinaigre de cidre

    Vinaigre de cidre

    Le vinaigre de cidre aide à diminuer la gravité des poussées d’herpès en raison de son côté désinfectant, astringent, et de ses propriétés anti-inflammatoires .
    – Trempez une boule de coton dans le vinaigre de cidre et tamponner sur les zones touchées trois ou quatre fois par jour pendant deux à trois jours. Pour de meilleurs résultats, appliquez-la dès que vous ressentez la sensation de picotement initial.


    Vous pouvez également ajouter une ou deux cuillères à café de vinaigre de cidre dans une tasse d’eau et al boire deux fois par jour lors des poussées.

    L’ail

    Ail 2

    L’ail est antimicrobien naturel et a des propriétés anti-inflammatoires qui aident à combattre les poussées d’herpès. L’huile d’ail contient aussi l’ajoène un composé antiviral.
    – Placez une gousse d’ail écrasée sur la zone touchée et laissez-la pendant 10 à 15 minutes. A faire, quelques fois par jour pendant deux jours ou jusqu’à ce que vous voyez une amélioration.
    Alternativement, vous pouvez appliquer l’huile d’ail sur la zone touchée deux ou trois fois par jour. Pour faire de l’huile d’ail, cuire les gousses d’ail frais dans l’huile d’olive jusqu’à ce qu’elles brunissent et puis filtrer l’huile.
    Vous pouvez aussi manger une ou deux gousses d’ail écrasées par jour. Cela fonctionne également comme une mesure préventive.

    La mélisse

    Melisse 1

    La mélisse est utile dans la réduction de l’intensité des poussées d’herpès. De plus, elle a des effets antiviraux et antibactériens. Elle contient également un composé appelé l’eugénol, qui fonctionne comme un analgésique naturel .
    Appliquer l’huile de mélisse ou des sachets de thé de mélisse sur la zone touchée trois ou quatre fois par jour. Vous pouvez aussi laver la zone avec du thé de mélisse.


    Sinon, tamponnez un peu d’extrait de mélisse sur la zone touchée et laissez-le jusqu’à ce qu’il sèche naturellement. À faire plusieurs fois par jour.

    La racine de réglisse

    Reglisse

    La racine de réglisse renforce le système immunitaire et lutte contre le virus de l’herpès. Elle contient un ingrédient actif appelé glycyrrhizine qui présente des avantages antiviraux et anti-inflammatoires.
    – Mélangez une demi-cuillère à soupe d’eau et une cuillère à soupe de poudre de racine de réglisse. Tamponnez sur la zone touchée et laissez pendant quelques heures. A faire, trois ou quatre fois par jour jusqu’à ce que la plaquette soit parti.
    Vous pouvez également appliquer une fine couche de liquide d’extrait de racine de réglisse, crème, gel ou sur la zone touchée.
    Note : les personnes souffrant d’hypertension artérielle devraient éviter de prendre cette herbe en interne. En outre, si l’application topique de la racine de réglisse provoque une irritation de la peau interrompre le traitement.

    Le thé à la menthe

    The menthe

    Le thé à la menthe contribue à réduire la gravité des poussées d’herpès. Il aide également à soulager la douleur et l’inflammation.
    L’huile de menthe poivrée, elle aussi, a été reconnue pour avoir un effet virucide sur le virus de l’herpès.
    – Boire du thé à la menthe au moins deux fois par jour.
    – Sinon, trempez une boule de coton dans l’eau puis dans de l’huile de menthe poivrée. Appliquez sur la zone touchée plusieurs fois par jour.

    L’huile d’arbre à thé

    Huile d arbre a the

    L’huile d’arbre à thé est un autre remède efficace qui a des propriétés anti-herpétiques, anti-inflammatoires et analgésiques. Il contient des terpènes et des phénylpropanoïdes ayant une activité antivirale.
    – Diluez l’huile d’arbre à thé par addition d’une demi-once d’une huile végétale à 10 gouttes d’huile d’arbre à thé. Vous pouvez également ajouter cinq gouttes d’huiles essentielles de chaque myrrhe et géranium et deux gouttes d’huile de menthe poivrée.
    – Appliquez la solution sur la zone touchée trois à cinq fois par jour pendant quelques jours jusqu’à ce que l’épidémie se dégage.

    L’huile de coco

    Huile de coco

    L’huile de coco contient de l’acide laurique, qui se transforme en un monoglycéride appelé monolaurine qui a des effets antiviraux et antibactériens. En outre, l’acide laurique et l’acide caprique dans l’huile de coco aident à tuer le virus de l’herpès.
    – Buvez de 10 à 30 grammes, soit environ un quart de verre, d’huile vierge organique de noix de coco par jour. Alternativement, vous pouvez prendre de l’acide laurique sous forme de supplément après avoir consulté nos experts du Centre de Phytothérapie(Mes Plantes).

    L’Aloe Vera

    Aloe vera 1

    L’Aloe vera est utile dans le traitement des poussées d’herpès, en particulier dans le cas de l’herpès génital, car il aide à guérir les lésions. Il guérit les plaies et soulage la douleur et l’inflammation.
    – Extraire le gel d’une feuille d’aloès vera et l’appliquer sur la zone touchée. Laissez sécher, puis essuyez avec un gant de toilette imbibé d’eau tiède. À effectuer plusieurs fois par jour pendant trois à quatre jours.
    Vous pouvez également appliquer une crème d’aloe vera ou de l’extrait par voie topique.

    En plus de suivre ces remèdes, manger plus d’aliments riches en lysine comme les produits laitiers, les œufs, les noix (arachides éviter mais parce qu’ils sont riches en arginine), le soja, les mangues, les abricots et pour aider à prévenir les poussées d’herpès. Vous pouvez prendre des suppléments de L-lysine (500 à 1000 mg par jour) aussi.