SEXUALITÉ FÉMININE

  • TRAITEMENT NATUREL DES CHLAMYDIA

    De toutes les infections sexuellement transmissibles, l'infection à Chlamydia trachomatis est aujourd’hui la plus fréquente chez les jeunes. En effet, elle affecterait désormais environ 10% des femmes (contre 4% il y a dix ans) et 5% des hommes... sans que les unes ou les autres le sachent la plupart du temps. Là où la médecine officielle n'a à proposer que les antibiotiques, la médecine alternative, a plusieurs propositions de traitements naturels du chlamydia (cliquez ici pour y accéder directement). ou Cliquez sur l'image ci-dessous pour découvrir ce traitement naturel

    Remede naturel contre le chlamydia

    La contamination se fait généralement dès le début de la vie sexuelle, raison pour laquelle l'infection touche particulièrement les 18 à 25 ans (surtout les jeunes femmes). Ainsi, près d’une femme atteinte sur deux est infectée dès son premier rapport sexuel ! Certains facteurs étant susceptibles de favoriser cette contamination, comme une contraception mal dosée ou une mycose génitale négligée ou mal traitée.

    La bactérie en cause, Chlamydia trachomatis, n'est pas vraiment une bactérie. Il s'agirait plutôt d'un parasite à mi-chemin entre le comportement d'un virus et d'une bactérie. Chlamydia se développe essentiellement au niveau de la muqueuse de l’urètre dans les deux sexes et du col de l’utérus chez la femme.

    En général, l’infection est sournoise car elle ne génère que très peu de symptômes gênants. Toutefois, elle peut être suspectée :

    • chez l’homme, à l’occasion de brûlures à la miction ou d’un petit écoulement en dehors de celle-ci. Mais les signes peuvent se réduire à de simples picotements !
    • chez la femme, à l’occasion d’une infection urinaire, ou d’une mycose vaginale, surtout si les symptômes persistent malgré un traitement apparemment adapté. Ou encore lors d’une consultation pour douleurs pendant l’acte sexuel.

    Chlamydia: on s'en aperçoit souvent trop tard

    Les Chlamydiae n'endommagent pas directement les tissus, mais provoquent une réaction inflammatoire qui jugule l'infection aussi longtemps que les bactéries subsistent dans l'organisme. Cette composante inflammatoire de la réaction immunitaire n'est pas toujours spectaculaire, mais si elle perdure, il peut y avoir des dommages à long terme. Toute chlamydiose urogénitale augmente par exemple le risque d’occlusion des trompes utérines de 20% et celui de grossesse extra-utérine de 10%.

    L’infection ne se révèle bien souvent que par une de ses complications qui sont multiples. Il peut s’agir :

    • d'une épididymite (infection du petit organe cylindrique situé derrière chaque testicule);
    • d’une prostatite chez l’homme;
    • d’une endométrite (infection du corps utérin);
    • d’une salpingite (infection des trompes de Fallope) chez la femme : la fièvre est alors souvent supérieure à 38°C et les douleurs intenses;
    • d'une rectite (inflammation du rectum);
    • d'une maladie de Nicolas-Favre (ulcération de la région génitale, disparaissant spontanément et suivie par une atteinte inflammatoire et douloureuse des ganglions lymphatiques inguinaux du côté où siégeait le chancre) dans les deux sexes.

    Les complications peuvent concerner un autre lieu que la sphère urogénitale :

    • angine,
    • trachome (kérato-conjonctivite susceptible d’entraîner la cécité, mais rares sous nos climats)

    Enfin, des syndromes complexes peuvent apparaître comme ceux de Fiessinger-Leroy-Reiter (caractérisé par la survenue simultanée d’une urétrite, d’une atteinte poly-articulaire et d’une conjonctivite, le plus souvent dans un cadre fébrile et affectant essentiellement les personnes appartenant au groupe cellulaire HLA B27) et de Fitz-Hugh-Curtis (inflammation fébrile des tissus au voisinage du foie, souvent à la suite d’une IVG).

    Le dépistage est donc essentiel. Il repose essentiellement sur la recherche de la bactérie au sein des cellules de la muqueuse urinaire. Du fait du caractère insidieux de l’infection, il est recommandé pour tout jeune adulte ayant une vie sexuelle de réaliser deux dépistages par an.

    Syndrome inflammatoire pelvien (SIP), attention aux premiers signes

    Les femmes se plaignent souvent de la combinaison de deux ou plusieurs signes parmi les suivants :

    • une douleur du bas-ventre évoluant depuis déjà quelques jours, dont la localisation n’est pas toujours facile à préciser;
    • des douleurs lors des nouveaux rapports;
    • des pertes vaginales différentes par leur aspect, leur abondance et leur odeur de la glaire;
    • parfois un saignement menstruel en dehors de la période prévue des règles;
    • des douleurs en urinant ou en allant à la selle;
    • de la fièvre, voire des frissons.

    L’intensité de chacun de ces signes est extrêmement variable d’une femme à l’autre, mais l’association de seulement deux d’entre eux doit immédiatement alerter car il peut s’agir d’un syndrome inflammatoire pelvien (SIP) dont la chlamydiose et la gonococcie sont les premières responsables. Toute suspicion de SIP doit amener à consulter rapidement, non seulement pour se débarrasser et guérir de l’infection, mais aussi pour éviter de propager celle-ci à son ou ses partenaires et préserver sa propre fertilité.

    Tous les partenaires dans les deux mois précédant l’apparition des premiers signes doivent être contactés et exhortés à consulter.

    La survenue d’un SIP n’est pas rare dans les trois semaines qui suivent la pose d’un stérilet. Le plus souvent, celle-ci est révélatrice d’une chlamydiose jusque-là silencieuse. Il est donc capital de consulter rapidement plutôt que de penser que ces symptômes ne sont en relation qu’avec la présence du corps étranger qu’est le dispositif intra-utérin.
    Pour toute femme qui a déjà eu une infection sexuellement transmissible, un seul des signes ci-dessus listés, même sur un mode mineur, doit amener à faire un dépistage de chlamydiose avant de se faire poser un stérilet.

    L’échec progressif des antibiotiques

    Le système immunitaire naturel est souvent peu efficace contre ce type d'infection. Les lymphocytes b ne parviennent pas à traquer les Chlamydiae, qui vivent à l'intérieur des cellules où les anticorps circulants ne les atteignent pas. Ainsi, l'organisme n'élimine jamais complètement la bactérie, et, d'autre part, l'immunité naturelle après une infection ne dure guère plus de six mois. Une infection, qui a apparemment disparu, peut donc se déclarer à nouveau des mois ou des années plus tard, et l'individu ne sera pas immunisé contre ces nouvelles agressions.

    Pendant longtemps, la médecine officielle est parvenue à contenir la progression de cette infection avec des antibiotiques (le plus souvent azithromycine et doxycycline), mais cette bactérie, comme la plupart de ses congénères, a su s'adapter à la réponse médicamenteuse. Les chiffres officiels estiment qu'il s'agit de 10 à 15% des Chlamydiae.

    Ainsi, il n'est pas rare de voir des infections à Chlamydia qui durent pendant des mois malgré les traitements antibiotiques.

    Les solutions naturelles

    Pour celles et ceux pour lesquels l'antibiothérapie a été inefficace, il faut évidemment penser à tous les antibiotiques naturels en soutien.

    Il faut également penser à la flore vaginale. Elle est composée en majeure partie de lactobacilles. Ces bactéries transforment le lactose en acide lactique pour acidifier l’environnement et empêcher ainsi la croissance de certaines bactéries nocives. Lorsque cette flore est insuffisante ou détruite, la vaginite s’installe avec son cortège de désagréments. Le remède est donc simple : il faut alors recoloniser la flore vaginale par les lactobacilles. Ce rééquilibrage de la flore vaginale peut être réaliser aux moyens d'ovules aux probiotiques (comme Symbiovag par exemple).

    Les antibiotiques naturels

    Je vous renvoie à nos autres articles sur les antibiotiques naturels. Dans le cas des chlamydiae, la prise d'extrait de pépin de pamplemousse ou d'argent colloïdal pourra consolider ou prendre le relais des traitements conventionnels. Certaines huiles essentielles ou plantes sont toutefois plus spécifiquement adaptées.

    Les huiles essentielles contre chlamydiae.

    Les huiles essentielles de myrte (Myrtus communis), de thym (Thymus vulgaris) et d’eucalyptus (Eucalyptus cryptonifera) ont fait la preuve de leur efficacité sur les chlamydiae. Elles peuvent être employées en ovules que l'on fera préparer par le pharmacien. Vous pouvez également employer ce remède plus spécifiquement destiné aux infections urinaires mais dont l'action englobe les infections à chlamydia. Ce remède à pour nom Cystactif ( il contient du Calluna vulgaris (bruyère) en teiture-mère, Uva ursi TM (busserole),  de l'huile essentielle de cajeput (Melaleuca cajeputi), de niaouli (Melaleuca quinquenervia), d'origan (Origanum compactum) et de santal (Santalum album).

    Les plantes

    • L'Usnée barbue (Usnea barbata). On peut faire appel à cette algue/mousse qui possède des pouvoirs antiseptiques et antiviraux. L'usnée semble efficace pour se débarrasser des chlamydiae, mais on n'en trouve que très difficilement (sous forme de granules homéopathiques ou de teinture-mère en pharmacie). Attention, ne vous risquez pas à identifier ce lichen vous-même pour en faire des tisanes car deux lichens qui se ressemblent beaucoup poussent souvent côte à côte. L'usnée est médicinale mais l'autre peut être toxique, donc il faut être certain de bien reconnaître l'espèce avant de l'utiliser pour ses propriétés.

     

    • En teinture mère, il faut en prendre des doses rapprochées et d'assez bonnes quantités (adulte moyen : 1,5 à 2 ml de teinture toutes les 2 heures). Si les symptômes ne disparaissent pas ou ne diminuent pas au bout de 12 à 24 heures après le début de la prise d'usnée, ou si la fièvre revient, cela signifie que l'usnée ne fonctionne pas et il ne sert à rien de continuer le traitement.

     

    • Toutes les plantes qui contiennent de la berbérine : Il y a 400 arbustes dans cette famille. Mais les extraits qui ont montré une action sur les chlamydiae sont principalement l'hydraste du Canada (Hydrastis canadensis), le mahonia à feuille de houx (Mahonia aquifolium) et l'épine-vinette (Berberis vulgaris).

     

    • L'hydraste du Canada (Hydrastis canadensis). Cette herbe contient, en plus de la berbérine, de l'hydrastine et plus de vingt autres alcaloïdes, dont on dit qu'ils ont un effet antibactérien synergique de la berbérine.

     

    • L'épine-vinette (Berberis vulgaris) peut s'acheter plus facilement sous nos climats sous forme de baies séchées. Cette plante (et surtout son fruit) est un des classiques de la médecine indienne et chinoise. Elle a été documentée pour la première fois en 1933 justement pour son action sur le trachome (infection oculaire bactérienne causée par Chlamydia trachomatis).

     

    • Le mahonia (Mahonia aquifolium). En 2004, une étude réalisée à l'université Comenius de Bratislava (Slovaquie) a confirmé l'effet antifongique et antibactérien de cette plante. La jatrorrhizine, un des composants de Mahonia aquifolium, semble être le principe actif le plus puissant.

    En accompagnement :

    • L'échinacée (Echinacea) tue une grande variété de pathogènes, notamment les virus, les bactéries et les infections à levures. Il renforce également les tissus et le système immunitaire en général.

     

    • Le palmier nain (Saw palmetto) est efficace dans le traitement des symptômes du tractus urinaire de la chlamydia qui survient fréquemment chez les hommes. Ses propriétés antiseptiques sont particulièrement efficaces dans la prise en charge des maladies des voies urinaires.

     

    • La gentiane. La médecine traditionnelle chinoise traite habituellement chlamydia avec une combinaison de deux ou trois herbes. La gentiane est incluse dans tous les remèdes à base de plantes pour le traitement de l'infection à chlamydia.

    Mieux connaître le chlamydia

    Le genre  Chlamydia comprend trois espèces : 
    psittaci, trachomatis et  pneumoniae. Ce sont des bactéries de petite taille, (0.2 micromètre) parasites cellulaires obligatoires, possédant ADN et ARN dont la paroi, mince, ressemble à celle des bactéries à Gram négatif.

    • Chlamydia trachomatis

    C’est un pathogène presqu'exclusif de l'homme. Quatre  sérotypes  (A,B,Ba,C)  sont  responsables  du  trachome,  infection  conjonctivale  sévissant  dans  les  pays  en  voie  de  développement.
    Huit  sérotypes  (D  à  K)  sont  en  cause  dans  des  "maladies  sexuellement  transmises"  (M.S.T.  fréquentes  et  souvent   asymptomatiques) :• L
    ocalisations basses,- urétrites non spécifiques et post gonococciques, épididymites chez l'homme ; 
    - cervicites et urétrites chez la femme.

    • Localisations hautes,
    - prostatite     
    - salpingite aiguë ou chronique, stérilité tubaire

    • Localisation extra-génitales
    - conjonctivites folliculaires. 
    - syndrome de Fiessenger-Leroy-Reiter associant conjonctivite, urétrite et atteinte articulaire. 
    - conjonctivite à inclusions, pneumonie, rhinite ou otite chez le nouveau-né, contaminé au moment de l'accouchement.

    • Chlamydia psittaci

    C. psittaci est répandu dans le monde animal (oiseaux, bovins
    et ovins). l'homme n'étant qu'un hôte occasionnel. 
    La  psittacose désigne  la  maladie  des  perroquets,  perruches  et serins ainsi que la maladie humaine ; le terme "ornithose"
    concerne les maladies des oiseaux sauvages ou de basse cour.
    La psittacose humaine donne lieu à une bronchopneumonie.

    • Chlamydia pneumoniae

    Le diagnostic peut se fonder sur l'isolement de la bactérie par culture sur oeuf embryonné plus délicate mais plus sûre que
    sur  cultures  cellulaires  sur  lesquelles  l'isolement n'est  parfois  pas  réussi. L'effet  cytopathogène se manifeste sous forme de petites inclusions rondes caractéristiques.
    Plus généralement, on a recours au diagnostic indirect par
    la mise en évidence d'anticorps sériques (immunofluorescence
    indirecte, ELISA).

  • LES MEILLEURS PLANTES POUR RESSERRER LE VAGIN

    Le vagin est l’organe le plus important dans le fonctionnement de l’appareil génital féminin. C’est le point focal des problèmes gynécologiques, urinaires et sexuels de la femme. Il est donc nécessaire d’en prendre soin afin qu’il soit toujours au top. 

    Pour entretenir son vagin, pas besoin d’être bourré d’argent ou d’utiliser des produits qui pourront plus tard avoir des impacts sur la santé du vagin. Voici quelques secrets qui rendent le vagin plus rétréci pour plus de plaisir avec son partenaire. Des plantes retrouvées généralement en Afrique qui feront de cet organe un procureur de plaisir divin.

    Le Vétiver (Gongolili)

    Le vetiver gongolili

    Gongolili en dioula et roudouma en mooré est une plante qui nettoie les impuretés du ventre et aide à soulager les règles douloureuses. En plus de donner une bonne haleine et une sensation de fraîcheur, le vétiver donne une bonne odeur des selles et permet l’humidification facile du vagin. Il est vivement conseillé aux nouvelles mariées et aux femmes qui viennent d’accoucher. Les racines de la plante sont également utilisées pour calmer le stress causé par l’émotion et comme aphrodisiaque. Le gongonli donne une bonne odeur au sexe et permet de perdre du ventre.

    Mode d’emploi : faire bouillir et boire la décoction, l’utiliser également pour la toilette, mais pas brulant. Laissez donc tiédir avant l’emploi.

    Les feuilles de Djeka (Djekagna)

    Les feuilles de djeka djekagna

    Elles nettoient le ventre, soigne les plaies de l’accouchement et surtout rétréci le vagin. Les feuilles de Djeka rendent aussi l’intérieur plus chaud et accueillant.

    Il suffit d’en faire bouillir quelques feuilles, de laisser tiédir et de l’utiliser pour la toilette intime.

    A répéter 1 jour sur 2.

    Amingninrin ( Kinkeliba ou Quinqueliba)

    Amingninrin kinkeliba ou quinqueliba

    Cette plante est un excellent antibiotique naturel, permettant de guérir toutes les petites plaies occasionnées par un rapport sexuel brutal. Elle a également la propreté de raffermir et de rétrécir le vagin. En plus de son utilisation pour la toilette, on peut en boire la décoction.

     

    Le Beurre de karité

    Le beurre de karite

    Traditionnellement, le beurre de karité est constitué en petites boulettes et utilisé en suppositoires vaginaux. Cela permet effectivement de désinfecter la paroi vaginale, mais est beaucoup plus utile pour soigner les femmes souffrant de sécheresse vaginale. Ces ovules procurent une sensation de bien être, adoucissent raffermissent et réchauffent le vagin.

    Mode d’emploi: introduire dans le vagin une noisette de beurre de karité, de préférence le soir au coucher. Après avoir mis cet ovule traditionnel, il faut éviter tout rapport sexuel le même jour.

    Écorce du manguier

    Ecorce du manguier

     Elle peut être utilisée simple ou mise en association avec la feuille de djeka. Les écorces doivent être bouillies, laisser reposer un instant avant de l’utiliser pour faire la toilette intime. Les écorces de manguier nettoient en profondeur et  serre bien le vagin. Elle renferme des composés phénoliques dont les tanins.

  • CYCLE ANOVULATOIRE: Traitement naturel

    Lorsque vous essayez de concevoir, il est normal de commencer à accorder une plus grande attention à votre cycle. Après tout, pour tomber enceinte, vous devez d'abord ovuler. Il est courant de supposer que vos règles indiquent que vous ovulez normalement. Mais étonnamment, ce n'est pas toujours le cas.

    Dans un scénario optimal, le système reproducteur d'une femme ovulera tous les mois. Mais il peut y avoir des situations qui provoquent une anovulation, ou l'absence d'ovulation dans un cycle menstruel. Lorsque cela se produit, vous pouvez toujours supposer que le saignement que vous avez connu était votre cycle menstruel mensuel. Mais si vous avez eu un cycle anovulatoire, ce n'est pas techniquement une période.

    Si vous essayez de tomber enceinte, il est important de comprendre les causes d'un cycle anovulatoire et les options de diagnostic et de traitement. D'abord, les experts du Centre de Phytothérapie (MES PLANTES), mettent à votre disposition un traitement naturel pour soigner définitivement les cycles anovulatoires. Cliquer sur l'image ci-dessous pour découvrir ce traitement naturel

    Traitement naturel pour soigner un cycle anovulatoire

    Qu'est-ce qu'un cycle anovulatoire?

    Un cycle anovulatoire est un cycle menstruel caractérisé par l'absence d'ovulation et, par conséquent, l'impossibilité de tomber enceinte pendant cette période. Le nombre de cycles par année dépend de la longueur du cycle menstruel, lequel est normalement de 21 à 35 jours. Au cours d'une année, une femme ayant un cycle menstruel régulier a approximativement 13 cycles, dont certains sont anovulatoires. C'est tout à fait normal.

    Gardez cela à l'esprit lorsque vous envisagez de concevoir. Un cycle anovulatoire peut être la raison expliquant l'absence de grossesse lors d'une première tentative.

    Avec les changements hormonaux survenant dans le corps et indiquant l'approche de la ménopause, les cycles anovulatoires surviendront plus souvent.

    Dans un cycle normal, la production de progestérone est stimulée par la libération d'un œuf. C'est cette hormone qui aide le corps de la femme à maintenir ses règles régulièrement. Mais au cours d'un cycle anovulatoire, un taux insuffisant de progestérone peut entraîner des saignements abondants. Une femme peut confondre ce saignement avec une vraie période.

    Ce type de saignement peut aussi être causé par une accumulation dans la muqueuse de l'utérus, appelée endomètre , qui ne peut plus se maintenir. Cela peut aussi être causé par une chute d'œstrogène.

     Traitement naturel

    Le traitement par les plantes médicinales pour guérir l’absence d’ovulation vous permettra de restaurer votre fonction ovarienne et de porter une grossesse. Faites-nous confiance ! C’est le secret de la nature pour retrouver une ovulation normale et tomber enceinte.

    Le traitement naturel pour retrouver votre ovulation que nous vous proposons est entièrement composé de tisanes naturelles. Il vise à rétablir votre cycle et vous permettre de tomber enceinte. A l’inverse des autres médicaments, ce remède naturel est entièrement composé de plantes. Il permet de stimuler l’ovulation et de restaurer le système hormonal naturellement. Il est un puissant tonique utérin pendant l’ovulation et a alors un effet constructif sur les hormones de reproduction. Ainsi, la tisane contribue à l’amélioration de l’activité œstrogénique et aide aussi à augmenter les faibles niveaux de progestérone. C’est un remède naturel et efficace qui vous permettra de d’ovuler à nouveau. L’utilisation de plantes naturels donnent généralement des résultats positifs et agissent significativement pour provoquer l’ovulation. Il faut souvent sortir des sentiers battus et suivre les solutions que nous offre la nature.

    Le traitement naturel que nous allons vous fournir sera en fonction de la cause d’anovulation. C’est pourquoi, nous vous conseillons de rencontrer un gynécologue qui fera un diagnostic formelle concernant la cause de votre anovulation. Mais nous en tiendrons comptent dans la composition des produits traitant. Cela nous permettra de faire une meilleure prise en charge pour guérir l’absence d’ovulation (anovulation).

    Etant des produits naturels à base de plantes et d’herbes, nos tisanes n’entrainent aucun effet secondaire, que ce soit sur l’organisme ou sur la santé. Notre traitement n’est donc pas dangereux. C’est la solution pour retrouver une ovulation normale et tomber enceinte sans craindre l’apparition d’effets secondaires.

    Pour découvrir notre remède naturel pour guérir de l'anovulation, cliquez sur l'image

    NB : Vous devez vous rendre chez le gynécologue afin que la cause de votre absence d’ovulation (anovulation) soit clairement établie. Puis nous transmettre les résultats. Cela nous aidera alors à établir le meilleur traitement pour vous.

        Cycles ovulatoires et anovulatoires : quelle est la différence ?

    Si vos règles sont régulières et que vous ressentez des changements cycliques dans votre corps (inconfort ovulatoire dans le bas de l'abdomen, engorgement des seins à l'approche de vos règles ou signes de syndrome prémenstruel), vous risquez probablement d'avoir un cycle ovulatoire.

    Vous pouvez le vérifier vous-même à l'aide de tests d'ovulation et de graphiques de température basale du corps.

    En cas de règles irrégulières et si le cycle est considérablement raccourci (moins de 24 jours) ou trop long (plus de 35 jours), un cycle anovulatoire peut être suspecté.

    Si vos règles retardent souvent de plus de 2 semaines et que vous ne pouvez pas détecter d'ovulation à l'aide des diagrammes de température basale du corps et des bandelettes réactives, consultez votre gynécologue.

        Comment détecter un cycle anovulatoire ?

    Pour détecter l'ovulation, un gynécologue prescrit généralement une série d'examens échographiques. Cela est effectué pour confirmer la maturation du follicule, les caractéristiques de l'endomètre, l'ovulation et la formation du corps jaune. Habituellement, 3 à 4 sessions à un intervalle de 2 à 3 jours suffisent à surveiller ces processus. Vous pouvez également faire une prise de sang pour les hormones en fonction de la phase du cycle.

    Pendant la phase folliculaire (jours 3 à 5), les taux d'hormones folliculostimulantes (FSH) et lutéinisantes (LH) et ceux de prolactine, d'hormones thyroïdiennes et d'estradiol sont mesurés. De plus, pendant un cycle régulier, le taux de progestérone est vérifié au milieu de la phase lutéale (jours 20 à 23). Une ovulation complète est confirmée si une échographie montre que le corps jaune s'est formé et si le pic de progestérone est détecté dans la phase lutéale.

    En cas d'anovulation ou de seconde phase incomplète, le gynécologue peut prescrire un traitement en fonction de la cause du trouble.

    Lorsque le follicule ne mûrit pas et que l'ovule n'est pas libéré, le cycle est qualifié d'anovulatoire.

    Vous pouvez suspecter une absence d'ovulation si :

    ·         vos règles sont irrégulières et retardent de 10 jours ou plus. (Dans de très rares cas, les cycles réguliers peuvent également être anovulatoires.)

    ·         vous avez un cycle très court (moins de 25 jours).

    ·         vous souffrez de maladies endocriniennes : syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), augmentation de la prolactine, dysfonctionnement de la thyroïde.

    Une anovulation peut aussi être le résultat du stress, d'un régime alimentaire déséquilibré, ou encore d'un poids corporel trop faible ou trop élevé.

     Pourquoi les femmes vivent-elles un cycle anovulatoire?

    Un cycle menstruel sans ovulation est plus commun dans deux groupes d’âge distincts:

    ·         Filles qui ont récemment commencé à avoir leurs règles: l'année suivant la première menstruation de la fille, appelée ménarche, elle est plus susceptible de subir des cycles anovulatoires.

    ·         Femmes proches de la ménopause : Les femmes âgées de 40 à 50 ans courent un plus grand risque de modification de leurs hormones. Cela peut conduire à des cycles anovulatoires.

    Pour les femmes des deux groupes d'âge, de nombreux changements se produisent dans leur corps. Des changements soudains dans les niveaux d'hormones peuvent déclencher des cycles anovulatoires. Les autres causes incluent:

    ·         poids corporel trop élevé ou trop bas

    ·         habitudes d'exercice extrêmes

    ·         habitudes alimentaires

    ·         niveaux élevés de stress

    Si vous avez vos règles tous les 24 à 35 jours, il est probable que vous ovuliez normalement.

        Traitement naturel et médical pour réguler l’ovulation

    Il existe quelques moyens naturels pour stimuler votre organisme à ovuler :

    ·         Modifiez votre régime alimentaire. Essayez de consommer davantage d'aliments biologiques et évitez les plats frits ou sucrés.

    ·         Abandonnez vos mauvaises habitudes. Si vous cherchez à vaincre l'anovulation, c'est le moment idéal de cesser de fumer et de limiter votre consommation d'alcool.

    ·         Faites régulièrement de l’exercice physique. L'anovulation est fréquemment associée à un poids corporel inadéquat. L'exercice physique quotidien peut vous aider à maintenir un poids santé et à soulager le stress. 

    ·         Améliorez la durée et la qualité de votre sommeil. Utilisez un masque pour dormir ou achetez des rideaux opaques, régularisez vos heures de coucher et de réveil, ajustez le climat et la température de votre chambre. 

    Votre médecin peut également effectuer une échographie pour examiner de plus près votre utérus et vos ovaires. Les résultats de ces tests aideront votre médecin à vous recommander le meilleur traitement.

    Si ces cycles sont liés à une influence extérieure telle que la nutrition ou le mode de vie, les traitements efficaces consisteront à réguler les habitudes alimentaires et à modérer les activités physiques. Modifier votre poids (prendre ou perdre du poids selon les directives de votre médecin) peut également suffire à reprendre l'ovulation bloquée.

    Parfois, des déséquilibres internes sont la raison pour laquelle une femme vit des cycles anovulatoires. Dans ce cas, votre médecin peut vous prescrire des médicaments pour la fertilité.

    Ces médicaments sont conçus pour lutter contre la cause de l'infertilité féminine. Il existe des médicaments conçus pour faire mûrir les follicules, augmenter l'œstrogène et aider les ovaires à libérer un ovule.

    La chirurgie est une option dans le cas où une complication grave, telle qu'une tumeur, est découverte.

  • Remèdes naturels pour les règles abondantes

    Les saignements menstruels abondants, médicalement connus sous le nom de ménorragies, se caractérisent par des règles anormalement abondantes ou prolongées.

    Certains des symptômes et des signes les plus communs comprennent le saignement menstruel qui dure plus de 7 jours, la nécessité de changer votre serviette hygiénique ou tampon toutes les 2 à 3 heures à plusieurs reprises, le flux menstruel avec de gros caillots de sang, des crampes sévères et continues dans le bas de l’abdomen, la fatigue, de l’essoufflement, des nausées, des maux de tête, des sautes d’humeur et de l’extrême faiblesse.

    Il y a beaucoup de causes possibles de saignements menstruels abondants, y compris un déséquilibre hormonal dans le corps, des fibromes ou des tumeurs non cancéreuses de l’utérus, des polypes utérins, une fausse couche ou une grossesse extra-utérine, l’utilisation d’anticoagulants et un effet secondaire de l’utilisation d’un dispositif intra-utérin pour le contrôle des naissances. Cependant, nous disposons d'un traitement naturel à base de plante pour soigner définitivement les règles abondantes. Cliquer sur l'image ci-dessous pour découvrir ce traitement naturel

    règles abondantes traitement naturel

    La compresse froide

    Si vous éprouvez des saignements menstruels abondants, essayez d’utiliser une compresse froide. La température froide provoque une vasoconstriction, ce qui signifie la constriction des vaisseaux sanguins. Cela permettra de réduire le flux de sang ainsi que des douleurs dans le bas ventre.
    – Mettez quelques glaçons dans une serviette mince .
    – Placez-la sur votre abdomen pendant 15 à 20 minutes.
    – Allongez-vous pendant un certain temps et essayez de vous détendre.
    Si nécessaire, répétez le remède toutes les 4 heures aussi longtemps que les symptômes persistent.

    La mélasse

    La mélasse est un autre remède efficace pour contrôler les saignements abondants. Riche en fer, elle aide à la production de globules rouges et peut aider à réguler la quantité de sang perdu pendant la menstruation. En outre, elle contribue à réduire les caillots de sang et apaise les muscles des parois de l’utérus pour réduire la douleur.
    – Ajoutez 1 à 2 cuillères à café de mélasse à une tasse d’eau tiède ou de lait. Buvez une fois par jour.
    – Une autre option est d’ajouter ½ cuillère à soupe de mélasse à un verre de thé à la citronnelle. Buvez une fois le matin et une fois le soir avant d’aller au lit.

    Le vinaigre de cidre

    Vous pouvez également essayer le vinaigre de cidre pour surmonter le problème des règles abondantes. Il fonctionne comme un tonique pour éliminer les toxines de votre corps et pour maintenir l’équilibre hormonal. Il peut même être utile dans le traitement des symptômes comme les crampes, les maux de tête, l’irritabilité et la fatigue.
    – Mélangez 1 à 2 cuillères à café de vinaigre de cidre de pomme dans un verre d’eau.
    – Buvez cette solution 3 fois par jour pendant le cycle menstruel pour de meilleurs résultats.

    Les feuilles de framboisier

    Les feuilles de framboisier sont bénéfiques pour les femmes souffrant de flux menstruel lourd. Elles contiennent des tanins qui aident à renforcer les muscles utérins. En outre, elles permettent de réduire la douleur abdominale.
    – Ajoutez 1 cuillère à soupe de feuilles séchées de framboise rouge pour une tasse d’eau chaude.
    – Couvrez et laissez infuser pendant 10 minutes environ.
    – Filtrez et buvez ce thé jusqu’à 3 fois par jour.
    – Commencez à boire ce thé une semaine avant votre cycle et tout au long de votre période.

    Le poivre de Cayenne

    Pour obtenir le soulagement de flux menstruel excessif, vous pouvez aussi essayer le poivre de Cayenne. Il peut aider à équilibrer le flux sanguin dans le corps. En outre, il aide à maintenir l’équilibre hormonal et à soulager les symptômes de saignements abondants.
    – Ajouter ½ cuillère à café de poudre de Cayenne à un verre d’eau tiède.
    – Ajoutez un peu de miel.
    – Buvez en 2 ou 3 fois par jour pendant votre cycle.
    – Vous pouvez également prendre des suppléments de Cayenne une fois par jour, mais seulement après avoir consulté votre médecin.

    Les graines de coriandre

    Selon l’Ayurveda, les graines de coriandre peuvent aider à arrêter les cycles menstruels lourds. Il peut aider à améliorer le fonctionnement de l’utérus et de l’équilibre des hormones féminines dans le corps.
    – Ajoutez 1 cuillère à café de graines de coriandre à 2 tasses d’eau.
    – Faites bouillir jusqu’à ce que la quantité réduise de moitié.
    – Filtrez, puis ajoutez un peu de miel.
    – Buvez pendant qu’il est encore chaud, 2 ou 3 fois par jour pendant votre cycle mensuel.

    La cannelle

    La cannelle est efficace dans la réduction des saignements menstruels abondants associée à l’endométriose, aux fibromes utérins et à l’adénomyose. Cette épice réduit le saignement en stimulant la circulation sanguine loin de l’utérus. En outre, ses propriétés anti-inflammatoires et antispasmodiques aident à soulager les crampes.
    – Ajoutez 1 cuillère à café de cannelle en poudre dans une tasse d’eau chaude. Laissez mijoter pendant quelques minutes. Ajoutez le miel et boire 2 fois par jour.
    – Sinon, prenez 3 gouttes de teinture d’écorce de cannelle 2 fois par jour.

    La consoude

    Selon les herboristes, la consoude est également un bon remède pour contrôler les saignements abondants. Cette herbe aide à la constriction des vaisseaux sanguins, ce qui réduit les saignements abondants.
    – Mettez 2 cuillères à café de feuilles de consoude dans une tasse d’eau chaude.
    – Couvrez et laissez infuser pendant 20 minutes.
    – Filtrez et buvez une fois par jour au cours des saignements abondants.

    Le fer

    Le fer est un minéral important pour les femmes aux prises avec des périodes menstruelles abondantes car il peut aider à prévenir l’anémie ferriprive.
    – Mangez des aliments riches en fer comme les légumes vert foncé, les légumineuses, les graines de citrouille, les jaunes d’œufs, le foie, la viande rouge, les raisins secs, les pruneaux et les céréales enrichies en fer.
    – Vous pouvez également prendre un supplément de fer après avoir consulté les experts de notre Centre de Phytothérapie.

    Le magnésium

    Le magnésium est un minéral essentiel pour équilibrer les hormones femelles, comme les œstrogènes et la progestérone. En outre, la menstruation abondante peut être causée par une carence en magnésium dans le corps. Par conséquent, manger des aliments riches en magnésium aidera à contrôler le saignement abondant pendant la menstruation.
    – Mangez des aliments riches en magnésium comme l’avoine, les noix et les graines, l’avocat, le chocolat noir, la citrouille, la courge et la pastèque.

    Conseils supplémentaires

    – Boire quelques tasses de camomille, sauge ou de thé vert par jour.
    – Massez votre bas du dos avec la noix de coco ou de l’huile d’olive chaude pour soulager la douleur.
    – Ajoutez des suppléments à votre régime alimentaire, tels que le zinc, le calcium et les vitamines B6, C et K. Avant de prendre tout supplément, consultez votre médecin.

  • TRAITEMENTS NATURELS CONTRE L'HERPES

    traitements naturels contre l’herpès

    Les poussées d’herpès se produisent en raison d’une attaque par les virus simplex de l’herpès. Le virus se propage d’une personne à une autre par contact étroit.

    L’herpès simplex virus de type 1 est habituellement transmis par contact avec la salive infectée (par exemple, par un baiser, manger avec les mêmes ustensiles, ou partage d’articles personnels). Il est associé à des infections de la bouche, des lèvres et du visage.

    Le virus de l’herpès simplex de type 2, est transmis sexuellement et est associé à des lésions ou des ulcères génitaux. Les infections menant à l’herpès génital dans la bouche et l’herpès oral dans la région génitale peuvent être causés par un contact oral-génital. Le virus peut être transmis même lorsque les plaies et les symptômes ne sont pas visibles.

    Les poussées d’herpès sont caractérisées par des boutons de fièvre, des plaies dans la bouche, et les ganglions lymphatiques. Le premier épisode d’une poussée d’herpès peut aussi être accompagnée d’une fièvre.

    Après une épidémie, le virus a tendance à se replier sur le système nerveux. Il peut redevenir actif en raison de déclencheurs comme le stress, la maladie, certains aliments, les changements hormonaux, la chirurgie, et un système immunitaire affaibli. Cependant, les experts du Centre de Phytothérapie (Mes Plantes), disposent d'un traitement naturel à base de plantes médicinale pour soigner définitivement l'herpès. Cliquer sur l'image ci-dessous pour découvrir ce traitement naturel. 

    Traitement herpes

    La glace

    Cube de glace

    La glace aide à soulager la douleur et la gêne provoquée par les poussées d’herpès.
    – Enveloppez un cube de glace dans un linge ou une serviette.
    – Placez-le sur la zone affectée pendant environ 10 minutes.
    Action à répéter plusieurs fois par jour pendant quelques jours jusqu’à ce que vous voyez une amélioration.

    Le vinaigre de cidre

    Vinaigre de cidre

    Le vinaigre de cidre aide à diminuer la gravité des poussées d’herpès en raison de son côté désinfectant, astringent, et de ses propriétés anti-inflammatoires .
    – Trempez une boule de coton dans le vinaigre de cidre et tamponner sur les zones touchées trois ou quatre fois par jour pendant deux à trois jours. Pour de meilleurs résultats, appliquez-la dès que vous ressentez la sensation de picotement initial.


    Vous pouvez également ajouter une ou deux cuillères à café de vinaigre de cidre dans une tasse d’eau et al boire deux fois par jour lors des poussées.

    L’ail

    Ail 2

    L’ail est antimicrobien naturel et a des propriétés anti-inflammatoires qui aident à combattre les poussées d’herpès. L’huile d’ail contient aussi l’ajoène un composé antiviral.
    – Placez une gousse d’ail écrasée sur la zone touchée et laissez-la pendant 10 à 15 minutes. A faire, quelques fois par jour pendant deux jours ou jusqu’à ce que vous voyez une amélioration.
    Alternativement, vous pouvez appliquer l’huile d’ail sur la zone touchée deux ou trois fois par jour. Pour faire de l’huile d’ail, cuire les gousses d’ail frais dans l’huile d’olive jusqu’à ce qu’elles brunissent et puis filtrer l’huile.
    Vous pouvez aussi manger une ou deux gousses d’ail écrasées par jour. Cela fonctionne également comme une mesure préventive.

    La mélisse

    Melisse 1

    La mélisse est utile dans la réduction de l’intensité des poussées d’herpès. De plus, elle a des effets antiviraux et antibactériens. Elle contient également un composé appelé l’eugénol, qui fonctionne comme un analgésique naturel .
    Appliquer l’huile de mélisse ou des sachets de thé de mélisse sur la zone touchée trois ou quatre fois par jour. Vous pouvez aussi laver la zone avec du thé de mélisse.


    Sinon, tamponnez un peu d’extrait de mélisse sur la zone touchée et laissez-le jusqu’à ce qu’il sèche naturellement. À faire plusieurs fois par jour.

    La racine de réglisse

    Reglisse

    La racine de réglisse renforce le système immunitaire et lutte contre le virus de l’herpès. Elle contient un ingrédient actif appelé glycyrrhizine qui présente des avantages antiviraux et anti-inflammatoires.
    – Mélangez une demi-cuillère à soupe d’eau et une cuillère à soupe de poudre de racine de réglisse. Tamponnez sur la zone touchée et laissez pendant quelques heures. A faire, trois ou quatre fois par jour jusqu’à ce que la plaquette soit parti.
    Vous pouvez également appliquer une fine couche de liquide d’extrait de racine de réglisse, crème, gel ou sur la zone touchée.
    Note : les personnes souffrant d’hypertension artérielle devraient éviter de prendre cette herbe en interne. En outre, si l’application topique de la racine de réglisse provoque une irritation de la peau interrompre le traitement.

    Le thé à la menthe

    The menthe

    Le thé à la menthe contribue à réduire la gravité des poussées d’herpès. Il aide également à soulager la douleur et l’inflammation.
    L’huile de menthe poivrée, elle aussi, a été reconnue pour avoir un effet virucide sur le virus de l’herpès.
    – Boire du thé à la menthe au moins deux fois par jour.
    – Sinon, trempez une boule de coton dans l’eau puis dans de l’huile de menthe poivrée. Appliquez sur la zone touchée plusieurs fois par jour.

    L’huile d’arbre à thé

    Huile d arbre a the

    L’huile d’arbre à thé est un autre remède efficace qui a des propriétés anti-herpétiques, anti-inflammatoires et analgésiques. Il contient des terpènes et des phénylpropanoïdes ayant une activité antivirale.
    – Diluez l’huile d’arbre à thé par addition d’une demi-once d’une huile végétale à 10 gouttes d’huile d’arbre à thé. Vous pouvez également ajouter cinq gouttes d’huiles essentielles de chaque myrrhe et géranium et deux gouttes d’huile de menthe poivrée.
    – Appliquez la solution sur la zone touchée trois à cinq fois par jour pendant quelques jours jusqu’à ce que l’épidémie se dégage.

    L’huile de coco

    Huile de coco

    L’huile de coco contient de l’acide laurique, qui se transforme en un monoglycéride appelé monolaurine qui a des effets antiviraux et antibactériens. En outre, l’acide laurique et l’acide caprique dans l’huile de coco aident à tuer le virus de l’herpès.
    – Buvez de 10 à 30 grammes, soit environ un quart de verre, d’huile vierge organique de noix de coco par jour. Alternativement, vous pouvez prendre de l’acide laurique sous forme de supplément après avoir consulté nos experts du Centre de Phytothérapie(Mes Plantes).

    L’Aloe Vera

    Aloe vera 1

    L’Aloe vera est utile dans le traitement des poussées d’herpès, en particulier dans le cas de l’herpès génital, car il aide à guérir les lésions. Il guérit les plaies et soulage la douleur et l’inflammation.
    – Extraire le gel d’une feuille d’aloès vera et l’appliquer sur la zone touchée. Laissez sécher, puis essuyez avec un gant de toilette imbibé d’eau tiède. À effectuer plusieurs fois par jour pendant trois à quatre jours.
    Vous pouvez également appliquer une crème d’aloe vera ou de l’extrait par voie topique.

    En plus de suivre ces remèdes, manger plus d’aliments riches en lysine comme les produits laitiers, les œufs, les noix (arachides éviter mais parce qu’ils sont riches en arginine), le soja, les mangues, les abricots et pour aider à prévenir les poussées d’herpès. Vous pouvez prendre des suppléments de L-lysine (500 à 1000 mg par jour) aussi.

  • ANOVULATION ET INFERTILITÉ : TRAITEMENT NATUREL

    Chez certaines femmes, l’ovulation ne se produit pas durant le cycle menstruel, c’est ce qu’on appelle l’anovulation : l’ovaire n’expulse pas d’ovocyte. Dans d’autres cas, l’ovulation est irrégulière ou de mauvaise qualité, on parle alors de dysovulation. Or, cette étape est indispensable à la conception d’un enfant. 

    La manipulation de l'anovulation provoque l'infertilité

    Presque toutes les femmes qui souhaitent tomber enceintes doivent connaître le terme ovulation, qui est la période où les ovaires sont mûrs, libérés et prêts à être fécondés. Mais avez-vous déjà entendu parler du terme anovulation qui est souvent appelé la cause de l' infertilité ?

    Contrairement à l'ovulation, l' anovulation est une condition où votre corps produit rarement ou même ne produit pas et ne libère pas d'œufs tout en subissant un cycle menstruel. Parce qu'il n'y a pas d'œufs disponibles, les femmes anovulées ne peuvent pas tomber enceintes. Ce facteur fait de l' anovulation la cause de l'infertilité .

    Traitement naturel à base de plante naturel

    Nos traitements naturels sont uniquement faits à base de plantes dont l’efficacité est scientifiquement prouvée. Ainsi, c’est le meilleur Remède naturel contre l’infertilité féminine fait avec des plantes medicinales. Ils sont la solution miracle pour guérir pratiquement toutes les formes d’infertilité féminine.  Les plantes que nous utilisons sont alors la solution parfaite pour guérir d’infertilité féminine. Elles entrent même dans la composition de certains médicaments. Nos remèdes naturels sont le secret pour guérir toute forme d’infertilité féminine. Nous vous offrons un avantage certain : l’absence d’effets indésirables et de contre-indications. L’approche naturelle est souvent la meilleure approche à adopter pour trouver la solution. Nos remèdes naturels ont permis à de très nombreuses femmes d’avoir des enfants. Etant des produits naturels à base de plantes et d’herbes, nos remèdes naturels n’entrainent aucun effet secondaire, que ce soit sur l’organisme ou sur la santé. Notre traitement naturel n’est pas dangereux. Vous pourrez donc guérir d’infertilité féminine sans craindre l’apparition d’effets secondaires. Aussi,  il est important que vous soyez patiente. Même pour une femme ne souffrant d’aucuns problèmes de fertilité, concevoir un enfant peut naturellement prendre du temps.

    Pour découvrir notre remède naturel contre l'azoospermie, cliquez sur l’image ci-dessous.

    Endométriose - Remède naturel par les plantes contre l'endométriose

    Tel/ Whatsapp : +33644663730     +22990431736

    Cliquez ici pour lire ici comment le citron aide à une femme infertile à tomber enceinte

    NB : Vous devez vous rendre chez le gynécologue afin que la cause de votre absence d’ovulation (anovulation) soit clairement établie. Puis nous transmettre les résultats. Cela nous aidera alors à établir le meilleur traitement pour vous.
     

    Par ailleurs, les symptômes des femmes habituellement qui souffrent d' anovulation ont des cycles menstruels irréguliers. Dans les cas les plus graves, leurs cycles menstruels s'arrêtent. L'anovulation est incluse dans la catégorie des problèmes de dysfonction ovarienne. Si votre cycle menstruel est inférieur à 21 jours ou supérieur à 36 jours, vous pouvez avoir un dysfonctionnement ovarien. Et plus de 40% des cas d' infertilité chez les femmes sont causés par un dysfonctionnement ovarien.

    En cas d' anovulation , les femmes ne peuvent pas tomber enceintes car il n'y a pas d'œufs fécondés. Si l'ovulation se produit également (bien qu'irrégulière), la possibilité de grossesse est également encore faible. Pourquoi? Parce que le processus d'ovulation irrégulière ne produira pas d'œufs de la meilleure qualité et rendra le processus de fertilisation non optimal. En plus de provoquer l'infertilité, ces déviations hormonales peuvent parfois déclencher d'autres problèmes, tels que l'amincissement ou l'épaississement de l'endomètre, de faibles niveaux de progestérone et de faibles niveaux de mucus cervical.

    Comment détectez-vous l' anovulation pour l'infertilité ? Tout d'abord, le médecin vous posera des questions sur votre cycle menstruel.S'il y a une irrégularité ou même qu'il s'arrête, vous êtes soupçonné d'avoir un dysfonctionnement ovarien. Ensuite, un test sanguin pour vérifier les niveaux d'hormones sera effectué. Ce test est fait pour mesurer l'augmentation de l'hormone progestérone, s'il n'y a pas d'augmentation, cela signifie que vous n'ovulez pas.

    Il existe de nombreux facteurs potentiels qui provoquent l' anovulation . Par exemple, des déséquilibres hormonaux, des régimes alimentaires extrêmes ou un exercice extrême, une production thyroïdienne élevée / faible, des troubles endocriniens, un syndrome ovarien polochistique.

    Pour les méthodes de traitement seront adaptées à la cause de l' anovulation . Dans certains cas, le traitement de l'  anovulation provoque l' infertilité  en améliorant le mode de vie et l'alimentation. Si une insuffisance pondérale et un exercice extrême sont la cause de l' anovulation , l'augmentation du poids corporel et l'allégement de votre routine d'exercice peuvent simplement restaurer votre ovulation. Le traitement d' anovulation le plus courant utilise des médicaments de fertilité, Clomid. Les médicaments de fertilité peuvent déclencher l'ovulation chez 80% des femmes anovulatoires et aider 45% d'entre elles à devenir enceintes dans un délai de 6 mois de traitement. (AA)

    Quels sont les signes de l’anovulation ?

    "Des règles irrégulières, voire inexistantes, sont souvent le signe d’une absence d’ovulation. Une femme qui a ses règles tous les mois, en principe, ovule", explique le Dr Bagot. Mais la meilleure façon de savoir si on n’ovule ou pas reste la courbe de température. Elle consiste à prendre sa température corporelle tous les matins, de préférence toujours à la même heure. Si on observe une légère hausse de la température du corps (quelques dixièmes de degré) par rapport à la température habituelle et qu’elle persiste, c’est que l’ovulation a eu lieu la veille. S’il n’y a pas de légère augmentation de la température durant le cycle, c’est qu’il n’y a pas eu d’ovulation. "Attention, la courbe de température ne permet pas de savoir à quel moment il faut concevoir, elle indique seulement si l’ovulation a eu lieu ou pas. Dans l’idéal, il faut concevoir avant la montée de température", insiste la gynécologue.

    Une grossesse qui tarde à venir (après un an de rapports réguliers) et une courbe de température qui indique une absence d’ovulation doivent pousser à consulter.

    Les causes de l’absence d’ovulation

    L’AMÉNORRHÉE POST-PILULE

    Quand on arrête la pilule, il se peut que les règles naturelles ne reviennent pas immédiatement. L’aménorrhée post-pilule est le plus souvent temporaire. “Il faut parfois 3 à 4 mois de remise en route après l’arrêt de la pilule pour que les règles reviennent, surtout pour les femmes qui n’avaient pas de règles régulières avant de prendre la pilule”, fait savoir la spécialiste.

    LE SYNDROME DES OVAIRES POLYKYSTIQUES (SOPK)

    C’est un trouble primitif des ovaires qui touche 5 à 10 % des femmes. Il est la première cause des troubles de la fertilité chez la femme. Ce syndrome se caractérise par :

    • Des ovaires recouverts de multiples kystes (plus de 20 par ovaire) ;
    • Des cycles longs et irréguliers depuis toujours et très peu d’ovulations par année (3 ou 4) ou des ovulations de mauvaise qualité ;
    • Une hyperandrogénie (pilosité excessive, acné, cheveux gras) liée à une augmentation de la LH et de la testostérone ;
    • Un syndrome métabolique ( hypercholestérolémie, diabète de type 2, obésité, résistance à l’insuline).

    La présence d’au moins trois de ces symptômes doit faire penser à un SOPK.  “Les mécanismes en jeu dans ce syndrome ne sont pas tous élucidés mais une exposition aux perturbateurs endocriniens in-utero et durant l’enfance pourrait en être la cause”, suggère le Dr Bagot.

    L’HYPERPROLACTINÉMIE

    L’hyperprolactinémie est une sécrétion excessive de prolactine, une hormone produite par l’hypophyse. Elle joue un rôle majeur dans la lactation en fin de grossesse et dans les semaines suivant l’accouchement. Mais quand elle est produite en excès hors grossesse, elle peut provoquer des troubles du cycle menstruel, voire la disparition totale de l’ovulation. Cette hypersécrétion de prolactine peut être provoquée par un adénome (tumeur bénigne) au niveau de l’hypothalamus ou de l’hypophyse ou par des traitements médicamenteux ( antidépresseurs, antiépileptiques, neuroleptiques).

    UNE INSUFFISANCE HYPOPHYSAIRE PRIMAIRE

    L’insuffisance hypophysaire primaire se traduit par une absence des hormones FSH et LH, indispensables au processus d’ovulation. D’autres hormones hypophysaires manquent souvent à l’appel aussi.

    DES PROBLÈMES CHROMOSOMIQUES

    Dans de rares cas, l’absence d’ovulation peut être liée à des problèmes chromosomiques. Elle est irréversible. “On parle d’aménorrhées primaires rares. Les femmes qui en souffrent n’ont jamais eu de règles de leur vie”.

    UNE MÉNOPAUSE PRÉCOCE

    On parle de ménopause précoce ou plus exactement d’insuffisance ovarienne prématurée quand celle-ci survient avant 40 ans. Elle est liée à une insuffisance ovarienne. Il s’agit d’une prédisposition génétique. “Le stock de follicules est épuisé avant l’heure, il n’y aura plus d’ovulation”.

    DES MALADIES

    Le cycle menstruel peut être perturbé dans certaines maladies comme l’ anorexie, une hypothyroïdie, un diabète, le syndrome de Cushing, une insuffisance rénale ou hépatique.

    Anovulation, synonyme de stérilité ?

    L’anovulation entraine une infertilité car sans ovulation, il n’y a pas d’ovocyte et donc pas de fécondation possible avec un spermatozoïde. Cette absence de gamète femelle rend donc impossible toute grossesse. Les troubles de l’ovulation, dont fait partie l’anovulation, sont d’ailleurs responsables de 35% des cas d’infertilité d’origine féminine.

    Cette infertilité peut cependant être seulement temporaire selon les origines de l’anovulation, qui peut elle-même être temporaire ou définitive.

    En cas de suspicion d’anovulation, un bilan hormonal est prescrit à la patiente pour en connaître la cause. Cela comprend un dosage des hormones et une échographie pour évaluer le nombre et la taille des follicules dans les ovaires. Si l’absence d’ovulation n’est pas définitive, il existe des traitements qui visent à stimuler l’ovulation.

    • Face un SOPK, un traitement pour stimuler l’ovulation sera mis en place. Il s’agit du citrate de clomifène, plus connu sous le nom de Clomid. L’ovulation pourra aussi être stimulée par des injections de gonadotrophines de synthèse qui imitent l’action de la FSH et de la LH naturelles. Ces injections aident à faire murir les follicules ovariens. L’ovulation est ensuite déclenchée par une injection d’hormone chorionique gonadotrope humaine (HCG). “Une perte de poids chez les femmes obèses souffrant de SOPK, suffit parfois à re-déclencher l’ovulation et ainsi augmenter leurs chances de grossesse”, ajoute le Dr Bagot.
    • Dans une hyperprolactinémie, des inhibiteurs de la prolactine seront prescrits pour revenir à des taux normaux dans le sang.
    •  Si l’anovulation est provoquée par une maladie, le traitement de cette pathologie suffit à rétablir l’ovulation.
    •  Si l’origine de l’absence de l’ovulation est d’ordre hypothalamo-hypophysaire, une pompe GnRH peut être posée sous la peau. Ce dispositif rétablit l’ovulation en mimant l’action de l’hypothalamus.
    •  La ménopause précoce entraînant l’arrêt définitif de l’ovulation, le don d’ovocytes est la seule solution qui s’offre aux femmes ménopausées jeunes qui désirent un enfant.

    Pour plus d'informations, veuillez contacter nos experts au:

    Tel/ Whatsapp : +33644663730      +22990431736

     

  • Maladies sexuellement transmissibles (MST): Traitement naturel

    Les maladies sexuellement transmissibles (MST) ou les infections sexuellement transmissibles (IST) sont des affections qui se transmettent d'une personne à une autre sexuellement, soit par voie vaginale, anale ou orale.

    Les symptômes de ces maladies sont nombreux et parfois très agaçants. Ils peuvent être subis à la fois par les hommes et les femmes, bien que les conséquences les plus graves sur la santé soient souvent subies par les femmes.

    La meilleure arme pour combattre les MST est la prévention, que ce soit par l'utilisation de préservatifs, de vaccins ou d'autres mesures. Malgré cela, il existe maintenant des traitements naturels pour presque toutes ces infections et il est donc facile d'en guérir. Pour découvrir ce traitement naturel, Cliquer sur l'image ci-dessous.

    Traitement des MST

    Les causes

    Les infections sexuellement transmissibles se transmettent par le contact de fluides tels que le sang, le sperme, les sécrétions vaginales, etc., de sorte que la principale voie de transmission est le sexe non protégé.

    Cependant, les IST peuvent également être transmises par l'utilisation de seringues contaminées, les transfusions sanguines, le contact entre les plaies et même certaines d'entre elles peuvent être transmises de la mère à l'enfant pendant la grossesse ou l'accouchement.

    Les agents responsables de ces infections sexuellement transmissibles sont les suivants:

    Bactéries
    gonorrhée, syphilis, chlamydia.
    Virus
    papillome humain, hépatite, herpès génital, VIH.
    Parasites
    la gale, la trichomonase.

    Imagen: transmission VIH

    Facteurs de risque

    En général, toutes les personnes qui sont sexuellement actives et qui n'utilisent pas de barrière de protection comme les préservatifs sont exposées à une MST.

    Cependant, nous discuterons ci-dessous des facteurs qui peuvent augmenter le risque d'infection :

    • Avoir entre 15 et 24 ans.
    • Avoir des rapports sexuels non protégés avec de multiples partenaires.
    • Avoir des antécédents de MST.
    • Viol ou agression sexuelle.
    • L'abus d'alcool et de drogues, en particulier ceux dans lesquels les seringues sont partagées.

    Symptômes des MST

    Tout d'abord, il doit être clair que les MST n'entraîneront pas toujours des signes et des symptômes chez la personne atteinte. Par conséquent, les MST peuvent passer inaperçues pendant de longues périodes, jusqu'à ce que des complications apparaissent.

    Les symptômes peuvent ne pas apparaître avant des années après l'infection. Dans d'autres cas, par contre, ils apparaissent en quelques jours et il est possible d'établir un diagnostic plus rapide.

    Les signes et symptômes les plus courants des maladies sexuellement transmissibles sont les suivants :

    • Douleur en urinant
    • Pertes vaginales avec une mauvaise odeur ou couleur
    • Douleur pendant les rapports sexuels
    • Saignements vaginaux qui ne correspondent pas aux menstruations
    • Douleur dans le bas-ventre
    • Ecoulement inhabituel du pénis
    • Apparition de plaies, verrues ou ulcères dans la région génitale ou buccale
    • Ganglions lymphatiques enflés et douloureux
    • Fièvre
    • Éruption cutanée

    Imagen: symptomes ist

    Les différents types

    Il existe plus de 20 types de maladies sexuellement transmissibles. Nous allons évoquer les traitements les plus courants et les plus efficaces pour les combattre.

    Chlamydia.

    La chlamydia est l'une des MST les plus courantes et est causée par la bactérie Chlamydia trachomatis.

    Dans la plupart des cas, la chlamydia ne présente aucun symptôme chez la personne atteinte, mais elle peut avoir de graves conséquences sur la santé si elle n'est pas traitée, comme la maladie inflammatoire pelvienne (MIP) chez les femmes.

    Pour découvrir le traitement naturel le plus éfficace contre le chlamydia, Cliquer sur cette phrase en jaune: TRAITEMENT NATUREL DU CHLAMYDIA

    Gonorrhée

    La gonorrhée, aussi appelée blénorrhagie, est une infection causée par la bactérie Neisseria Gonorrhoeae. Sa principale voie d'infection est le sexe vaginal, anal ou oral.

    Comme dans le cas précédent, la gonorrhée ne présente habituellement pas de symptômes, mais peut causer une maladie inflammatoire pelvienne si elle n'est pas traitée, ce qui entraîne l'infertilité et des problèmes pendant la grossesse.

    Le traitement naturel contre la gonorrhée est très simple. Cliquer sur la phrase jaune: TRAITEMENT NATUREL GONORRHEE

    Syphilis

    La syphilis est une infection bactérienne qui peut devenir grave si elle n'est pas traitée rapidement. La bactérie responsable est Treponema Pallidum et affecte aussi bien les hommes que les femmes.

    Son principal symptôme est l'apparition de plaies dans la région génitale appelée chancres qui sont très contagieuses. Dans les cas les plus graves, la syphilis peut entraîner des lésions cérébrales, la paralysie et la cécité.

    Découvrez le traitement naturel contre la Syphilis en cliquant sur cette phrase jaune: TRAITEMENT NATUREL SYPHILIS

    VPH

    Le papillomavirus humain, ou HPV, est la maladie sexuellement transmissible la plus courante.

    Il existe environ 40 types de VPH qui affectent les organes génitaux des hommes et des femmes et qui sont transmis par contact sexuel.

    Le VPH cause des lésions cutanées connues sous le nom de verrues génitales qui sont indolores mais très contagieuses. Dans les cas les plus graves, la syphilis peut entraîner des lésions cérébrales, la paralysie et la cécité.

    Imagen: virus du papillome humain vph

     

    Hépatite B

    L'hépatite est une maladie qui affecte le foie et peut être causée par différents virus : hépatite A, hépatite B et hépatite C. Le virus de l'hépatite B se transmet habituellement par contact sexuel.

    L'hépatite peut déclencher une maladie hépatique grave à vie, avec cicatrices permanentes du foie (cirrhose), cancer, insuffisance hépatique, etc.

    Il existe un remède naturel contre le virus de l'hépatite B, Cliquer sur la phrase jaune: TRAITEMENT NATUREL HEPATITE B

    Herpès génital

    L'herpès génital est une infection très courante causée par le virus de l'herpès simplex (HSV). Il existe deux types ou souches de ce virus :

    • Herpès simplex type 1 (VHS-1)
    • Herpès simplex type 2 (VHS-2)

    Les deux types peuvent mener à l'herpès génital, bien qu'il soit plus courant que l'agent causal soit le VHS-2.

    L'herpès génital se caractérise par des lésions de la vulve, du vagin, du col de l'utérus, de l'anus, du pénis, du scrotum, des fesses et/ou de l'intérieur des cuisses.

    L'herpès se transmet au contact de la peau. Il existe des produits naturels contre l'herpes. Cliquer sur la phrase jaune suivante. TRAITEMENT NATUREL DE L'HERPES

    VIH

    Le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) est l'agent causal de la maladie connue sous le nom de SIDA(syndrome d'immunodéficience acquise).

    En particulier, le VIH affecte le système immunitaire de l'individu et l'affaiblit, ce qui diminue ses défenses et facilite sa maladie.

    Le VIH peut rester dans le corps humain pendant des années sans développer de symptômes. Cependant, il existe de remède définitif contre le VIH. Cliquer sur cette phrase jaune: TRAITEMENT NATUREL DU VIH-SIDA

    Aujourd'hui, il existe des traitements antirétroviraux très efficaces qui parviennent à maintenir une très faible charge virale chez les personnes séropositives, ce qui leur permet de gagner en qualité de vie et même la possibilité d'avoir un enfant sans risque d'infection.

    Vous trouverez plus d'informations à ce sujet dans l'article suivant: Options pour avoir un enfant en étant séropositif.

    Gale

    La gale est une affection cutanée causée par des parasites : les acariens de la gale.

    Sa transmission se fait de peau à peau, généralement pendant les rapports sexuels, c'est pourquoi on la considère également comme une MST.

    La gale cause des éruptions cutanées, de l'irritation et beaucoup de démangeaisons. Bien qu'elle ne soit pas grave, sa contagion est très facile et les symptômes très gênants.

    Le traitement de la gale consiste en l'application de notre pommade naturelle.

    La trichomonase.

    La trichomonase est la MST guérissable la plus courante qui existe, car elle est facilement propagée pendant les rapports sexuels par un parasite protozoaire unicellulaire appelé Trichomonas vaginalis.

    Les personnes atteintes de trichomonase ne développent généralement pas de symptômes, bien que certaines femmes puissent développer une vaginite ou une irritation du vagin.

    Le traitement de la trichomonase est très simple et consiste à prendre les produits des experts du 

    Prévention des MST

    Pour la prévention des maladies sexuellement transmissibles, le plus important est que toute la population, en particulier les jeunes, ait une bonne éducation sexuelle.

    Les méthodes contraceptives sont efficaces pour prévenir les grossesses non désirées. Cependant, le préservatif est la seule méthode qui offre le maximum de garanties lorsqu'il s'agit de prévenir la propagation des MST.

    Malgré le fait qu'environ 95% des adolescents dans le monde ont accès à l'une des méthodes de prévention des MST, seuls 5% des jeunes en âge de procréer les utilisent.

    Afin d'encourager les rapports sexuels protégés et de réduire le risque de contracter une MST, les recommandations "ABC" examinées ci-dessous ont été élaborées il y a des années :

    A pour abstinence
    l'abstinence est le moyen le plus efficace d'éviter les MST.
    B pour Be faithful (être fidèle)
    des relations à long terme, mutuellement monogames, réduisent le risque de contracter une MST.
    C comme condom
    l'utilisation de préservatifs et de protège-dents réduira toujours le risque d'infection si les deux recommandations ci-dessus ne sont pas respectées.