Créer un site internet

ENDOMETRIOÏDIE DE L’OVAIRE ET LA FERTILITÉ

  • Par
  • Le 26/04/2020
  • 0 commentaire

 
 
 
Généralités
Endométrioïde encore appelé  cancer de l’endomètre est un cancer de l’intérieur de l’utérus, l’endomètre étant la muqueuse qui tapisse l’intérieur de l’utérus. Chez les femmes atteintes d’un cancer à ce niveau, les cellules de l’endomètre se multiplient de façon anormale. Le cancer de l’endomètre survient généralement après la ménopause, mais 10 à 15 % des cas concernent les femmes non ménopausées dont 2 à 5 % des femmes de moins de 40 ans. Les tumeurs cancéreuses de l’ovaire peuvent envahir les tissus avoisinants et les détruire. Elles peuvent aussi se propager (métastases) à d’autres parties du corps. Les tumeurs cancéreuses sont également appelées tumeurs malignes. On classe les tumeurs cancéreuses de l’ovaire selon le type de cellules dans lequel le cancer apparaît. Et le traitement dépend du stade. Ce qui n’empêche pas Dawabio, votre centre de phytothérapie de vous faire suivre un traitement adéquat à votre mal. Des traitements naturels sans effet secondaire et très efficace. Pour découvrir ce produit cliquez sur l’image ci-dessous
 
 
Le cancer de l’endomètre est le deuxième cancer gynécologique le plus fréquent en France, après le cancer du sein. Il se situe au 5e rang des cancers chez la femme en termes d’incidence avec environ 7300 nouveaux cas estimés en 2012. Au Canada, c'est le 4e en incidence chez la femme (après les cancers du sein, du poumon et du côlon), avec 4200 nouveaux cas en 2008 au Canada. La mortalité diminue régulièrement pour ce type de cancer qui est de mieux en mieux soigné.

Symptômes du cancer de l'endomètre

 
Du fait d'une évolution généralement lente, le cancer de l'endomètre (ou du corps de l'utérus) ne se signale pas par des symptômes très caractéristiques. Parmi les principaux signes qui doivent vous alerter, on peut citer :
·        -  Des saignements vaginaux après la ménopause ;
·      -  Chez les femmes plus jeunes, des saignements entre les règles, pertes sanguinolentes en dehors des règles, règles durant plus de sept jours ;
·        -  Des pertes malodorantes ;
·         - Des douleurs dans le bas-ventre ;
·         - Une perte de poids inexpliquée.

Lorsque le cancer de l’endomètre est traité à son stade précoce (le stade I), le taux de survie est de 95 %, 5 ans après le traitement

Les causes

Une proportion importante des cancers de l’endomètre serait attribuable à un excès d’hormones oestrogènes produits par les ovaires ou apportés par l’extérieur.. Les ovaires produisent 2 types d’hormones durant le cycle féminin : des oestrogènes et de la progestérone. Ces hormones agissent sur l’endomètre tout au long du cycle, en stimulant sa croissance puis son expulsion au moment des règles. Un excès d’hormones oestrogènes créerait un déséquilibre propice à la croissance mal contrôlée de cellules de l’endomètre.
Plusieurs facteurs peuvent accroître le taux d’oestrogènes, comme l’obésité ou une hormonothérapie aux oestrogènes seuls. Ce type d’hormonothérapie est pour cette raison réservé aux femmes ayant subi l’ablation de l’utérus ou hystérectomie qui ne risquent plus d’avoir un cancer de l’endomètre. Pour en savoir plus, consulter les sections Personnes à risque et Facteurs de risque.
Pour certaines femmes cependant, le cancer de l’endomètre ne semble pas provoqué par un taux plus élevé d’oestrogènes.
D’autres causes sont impliquées dans le cancer de l’endomètre, comme l’âge avancé, le surpoids ou l’obésité, la génétique, l’hypertension…
Parfois, le cancer survient sans que l’on puisse identifier de facteur de risque.
 
Fertilité et endométrioïde 
     
 Le désir de grossesse étant devenu plus tardif qu’auparavant, on constate que la fréquence de ces pathologies augmente chez les femmes ayant un projet de grossesse, même si elles restent rares. A la fin des années soixante a émergé le principe d’un traitement conservateur chez ces patientes dont la prise en charge classique reposait sur l’hystérectomie totale avec annexectomie bilatérale. Le traitement conservateur éventuellement des possibilités d’assistance médicale à la procréation (AMP). L’objectif d’une telle prise en charge consiste sur le plan carcinologique consiste à proposer un protocole conservant l’utérus, fondé sur un traitement hormonal permettant une régression de la lésion endométriale associé à une surveillance rapprochée vérifiant l’absence de récidive et d’aggravation des lésions. Le traitement conservateur s’adresse aux patientes ayant un âge « raisonnable », laissant penser à un espoir réel de grossesse, en tenant compte dans la rémission complète des lésions endométriales et en termes de fertilité, dans l’obtention d’une (ou plusieurs) grossesse(s). Depuis les cas princeps rapportés en 1968, plusieurs publications rendent compte du bien-fondé de cette prise en charge.

Diagnostic

Il n’existe pas d’examen de dépistage pour le cancer de l’endomètre. Le médecin réalise donc des examens pour détecter ce cancer devant des signes tels que des saignements gynécologiques survenant après la ménopause.
Le premier examen à faire est une échographie pelvienne où la sonde est placée sur le ventre puis dans l’espace vaginal afin de visualiser un épaississement anormal de l’endomètre, muqueuse de l’intérieur de l’utérus.

En cas d’anomalie à l’échographie, pour détecter un cancer de l’endomètre, le médecin fait ce que l’on appelle « une biopsie d’endomètre ». Il s’agit de prélever un peu de muqueuse de l’intérieur de l’utérus. La biopsie de l’endomètre peut se faire dans le cabinet du médecin, sans qu’une anesthésiesoit nécessaire. Un tubemince et souple est inséré par le col de l’utérus et un petit morceau de tissu est prélevé par aspiration. Ce prélèvement est très rapide, mais il peut être un peu douloureux. Il est normal de saigner ensuite un peu après.
Le diagnostic est faitensuite en laboratoire par observation microscope de la zone de muqueuse prélevée.
En cas de maladie ou de prise de médicament, il faut en informer le médecin s’il doit réaliser cet examen.

Traitements du carcinome de l’endomètre

 
On distingue 3 stades de cette maladie que sont : Stade précoce, stade avancé, et celui récidivant. En effet, le traitement dépend du stade.
En présence d’un carcinome de l’endomètre de stade précoce, de stade avancé ou récidivant, on peut avoir recours aux options de traitement suivantes. Votre équipe de soins vous proposera des traitements en fonction de vos besoins et collaborera avec vous afin d’élaborer un plan de traitement.

Carcinome de l’endomètre de stade précoce

Les traitements suivants peuvent être employés dans le cas d’un carcinome de l’endomètre de stade 1 et 2.

Chirurgie

La chirurgie est le traitement principal du carcinome de l’endomètre de stade précoce.
Pour traiter le carcinome de l’endomètre de stade 1, on effectue habituellement une hystérectomie totale (ablation de l’utérus et du col de l’utérus) et une salpingo-ovariectomie bilatérale (ablation des deux trompes de Fallope et des deux ovaires). Il est possible que le chirurgien enlève aussi des ganglions lymphatiques dans le bassin et autour de l’aorte (curage ganglionnaire, ou lymphadénectomie). Chez certaines femmes jeunes, on enlève parfois l’utérus sans enlever les ovaires.
Pour traiter le carcinome de l’endomètre de stade 2, on peut effectuer une hystérectomie totale, une salpingo-ovariectomie bilatérale et un curage ganglionnaire pour enlever des ganglions lymphatiques dans le bassin et autour de l’aorte. On peut aussi effectuer une hystérectomie radicale pour enlever le col de l’utérus, l’utérus, certains des tissus et structures situés près du col de l’utérus ainsi que la partie supérieure du vagin. Lors d’une hystérectomie totale, le chirurgien enlève parfois aussi des ganglions lymphatiques dans le bassin et autour de l’aorte.

Radiothérapie

Après une chirurgie du carcinome de l’endomètre de stade précoce, on pourrait vous proposer une radiothérapie afin de réduire le risque de récidive. Dans le cas du carcinome de stade 2, la radiothérapie est parfois aussi administrée avant la chirurgie.
La radiothérapie peut aussi servir de traitement principal chez les femmes qui ne peuvent pas subir de chirurgie en raison d’autres troubles médicaux.
Vous pourriez recevoir de la radiothérapie externe, de la curiethérapie ou les deux.

Chimiothérapie

On pourrait vous proposer de la chimiothérapie après la chirurgie d’un carcinome de l’endomètre de stade précoce et de haut grade (comme un adénocarcinome séreux ou un adénocarcinome à cellules claires). On peut également traiter le carcinosarcome par chimiothérapie après la chirurgie.

Carcinome de l’endomètre de stade avancé

Les traitements suivants peuvent être employés dans le cas d’un carcinome de l’endomètre de stade 3 et 4. Le traitement du carcinome de l’endomètre de stade 4 vise à maîtriser la maladie et à soulager les symptômes.

Chirurgie

La stadification est effectuée au cours d’une opération. Le chirurgien fait un examen pelvien, lequel est effectué sous anesthésie générale. Ensuite, il pratique une incision (coupure) dans l’abdomen afin d’examiner les organes et voir si le cancer s’y est propagé. C’est ce qu’on appelle une exploration de l’abdomen (laparotomie). Le chirurgien pourrait prélever des échantillons de tissu et des ganglions lymphatiques. Il pourrait aussi rincer l’abdomen avec une solution saline et conserver un échantillon du liquide de rinçage (lavage pelvien). Les échantillons de tissu, les ganglions lymphatiques et le liquide du lavage pelvien sont envoyés à un laboratoire où ils sont examinés au microscope pour déterminer s’ils contiennent des cellules cancéreuses. Cette opération peut aussi être pratiquée en employant des méthodes moins effractives telles que la laparoscopie ou la chirurgie robotique.

Radiothérapie

La radiothérapie peut être proposée pour traiter un carcinome de l’endomètre de stade avancé. Vous pourriez recevoir de la radiothérapie externe, de la curiethérapie ou les deux. On peut administrer une radiothérapie :
  • si vous ne pouvez pas subir de chirurgie en raison d’autres troubles médicaux
  • après une chirurgie
  • pour traiter la maladie pelvienne étendue
  • pour maîtriser des symptômes tels qu’un saignement vaginal abondant
  • avant une chirurgie (dans certains cas)

Hormonothérapie

On pourrait vous proposer une hormonothérapie pour traiter un carcinome de l’endomètre de stade 3 si vous ne pouvez pas subir de chirurgie ni recevoir de la radiothérapie. L’hormonothérapie peut aussi être administrée pour aider à soulager les symptômes causés par les métastases à distance d’un carcinome de l’endomètre de stade 4.

Chimiothérapie

On pourrait vous proposer de la chimiothérapie après la chirurgie d’un carcinome de l’endomètre de stade 3 et de haut grade (comme un adénocarcinome séreux ou un adénocarcinome à cellules claires). On peut également traiter un carcinosarcome de stade avancé par chimiothérapie après la chirurgie. Les agents chimiothérapeutiques employés pour traiter le carcinosarcome ou le carcinome de l’endomètre de stade 3 et de haut grade sont les mêmes que ceux utilisés pour le traitement des stades précoces. Comme pour le traitement du carcinosarcome ou du carcinome de l’endomètre de stade précoce et de haut grade, on peut avoir recours à la chimioradiothérapie ou au traitement en sandwich.

Carcinome de l’endomètre récidivant

Les options de traitement suivantes peuvent être offertes dans le cas d’un carcinome de l’endomètre récidivant. La récidive du carcinome de l’endomètre signifie que le cancer réapparaît après avoir été traité. Le traitement dépend de l’emplacement de la récidive et de son étendue dans le corps.

Radiothérapie

On pourrait vous proposer de la radiothérapie après une chirurgie de réduction tumorale si le carcinome de l’endomètre réapparaît uniquement dans le bassin (récidive locorégionale). La radiothérapie peut aussi être offerte si vous êtes atteinte de maladie pelvienne étendue et que vous ne pouvez pas subir de chirurgie en raison d’autres troubles médicaux.
Vous pourriez recevoir de la radiothérapie externe, de la curiethérapie ou les deux.

Chirurgie

On pourrait vous proposer l’un des types de chirurgie suivants pour traiter le carcinome de l’endomètre récidivant.
On effectue une exentération pelvienne pour traiter une récidive locale lorsque le rectum ou la vessie est atteint et que vous avez déjà reçu de la radiothérapie.
On a recours à la réduction tumorale si vous êtes atteinte de maladie pelvienne étendue. Cette intervention chirurgicale aide à soulager la douleur et les symptômes causés par la tumeur.

Hormonothérapie

On pourrait proposer de l’hormonothérapie pour maîtriser la croissance du carcinome de l’endomètre récidivant ou pour aider à soulager les symptômes causés par des métastases à distance. Si vous ne pouvez pas subir de chirurgie, l’hormonothérapie peut être associée à une radiothérapie.
Les types d’hormonothérapie employés sont les mêmes que ceux utilisés pour traiter le carcinome de l’endomètre avancé.

Chimiothérapie

On pourrait proposer une chimiothérapie pour maîtriser la croissance du carcinome de l’endomètre récidivant ou pour aider à soulager les symptômes causés par des métastases à distance. Les associations chimiothérapeutiques employées comprennent :
  • cisplatine et doxorubicine, avec ou sans paclitaxel
  • carboplatine et paclitaxel
  • carboplatine et docétaxel
 Vous ne voulez aucun de ces traitements, le plus court, efficace et surtout naturel est à Dawabio
 

De tous ce qui précède on retient que, le cancer de l'endomètre est plus facile à traiter. Mais faute de symptômes caractéristiques, le diagnostic est souvent tardif. Les symptômes qui doivent vous alerter et les examens permettant de poser avec certitude un diagnostic vous ont été établi plus haut.

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire