Créer un site internet

RECETTE NATURELLE POUR LE SYNDROME DES OVAIRES POLYKISTIQUES

  • Par
  • Le 21/08/2020
  • 0 commentaire

RECETTE NATURELLE POUR LE SYNDROME DES OVAIRES POLYKISTIQUES

  1. Généralités

La dystrophie ovarienne est connue sous plusieurs dénominations : syndrome des ovaires polykystiques, polykystose ovarienne,

 

Le syndrome de Stein-Leventhal, ou « ovaires polykystiques (SOPK) » ou « polykystose ovarienne » ou « OMPK », est une maladie encore mal connue touchant les ovaires et dont les effets sont nombreux.

Le syndrome est causé par un déséquilibre hormonal chez les femmes qui se traduit par des cycles menstruels irréguliers avec des règles peu abondantes ou absentes, une acné persistante et une pilosité importante (hirsutisme).

Tous ces symptômes ne sont pas toujours présents, ce qui rend le diagnostic assez difficile. Il semble exister une relation entre l’exposition aux perturbateurs endocriniens au cours de la vie utérine et ovaires polykystiques.

 

 

La dystrophie ovarienne est connue sous plusieurs dénominations : syndrome des ovaires polykystiques, polykystose ovarienne, syndrome de Stein-Leventhal et ovarite sclérokystique. Il s’agit d’un trouble endocrinien se traduisant par une production excessive d’hormones mâles (androgènes).

La dystrophie ovarienne est due à un dysfonctionnement de l’hypophyse et de l’hypothalamus.

 

Les causes de ce dysfonctionnement sont encore mal connues.

L’hérédité, l’exposition aux perturbateurs endocriniens, et un taux élevé d’insuline dans l’organisme font partie des facteurs évoqués pour expliquer le développement du syndrome des ovaires polykystiques.

 

  1. Aspects cliniques

Les signes fonctionnels comportent :

  1. une raréfaction des règles (spanioménorrhée) aboutissant à leur cessation (aménorrhée, dite alors secondaire). La cessation d’emblée immédiate des règles est possible (aménorrhée primaire).
  2. une virilisation avec hirsutisme, acné, obésité de type androïde,
  3. des troubles de la fertilité, le plus souvent d’origine ovulatoire,
  4. une résistance à l’insuline,
  5. une courbe thermique plate (cycles anovulatoires).

 

L’examen clinique permet de retrouver de gros ovaires lisses à la palpation.

Le déséquilibre hormonal induit, dans 40 % des cas, une surcharge pondérale aggravant la surabondance des règles.

Malgré les problèmes méthodologiques liés à la détection du syndrome (et donc à la délimitation de la population concernée6), on estime que:

60 % des femmes touchées par ce syndrome sont fertiles (avant un an), bien que le temps de fécondation soit sensiblement plus long,

90 % des cas d’infertilité associés à ce syndrome sont accompagnés d’une surcharge pondérale

70 % à 95 % des cas d’infertilité qui sont liés à l’anovulation sont accompagnés de ce syndrome7.

 

 

En cas de grossesse, ces dernières s’avèrent souvent compliquées (diabète gestationnel, pré-éclampsie, prématurité, mortalité et morbidité péri-natale…)

Les ovaires des personnes atteintes présentent de nombreux follicules (d’où le nom), mais la maturation est souvent interrompue avant l’ovulation.

Les femmes atteintes de ce syndrome ont sept fois plus de chances de développer le diabète de type 2 que les femmes non atteintes. Des tests de dépistage sont donc recommandés, car des symptômes pré-diabétiques peuvent être détectés cinq à six ans avant que le diabète lui-même ne se manifeste.

L’insulinorésistance peut constituer un facteur de diabète, et ce quelle que soit la corpulence de la femme.

 

 

  1. Dosages hormonaux

La LH a un taux sanguin très augmenté (avec un rapport LH/FSH supérieur à 2) et très variable (hyperpulsatilité) avec une réponse explosive au test de stimulation par la LH-RH. Le taux sanguin de FSH est normal, celui de la progestérone quasi nul. Il existe une hyperœstrogénie relative avec des androgènes (delta-4-androsténédione, testostérone) augmentés.

Le dosage du cortisol et de la prolactine dans le sang sont normaux

 

4. Traitement par les plantes

-Écorces de zanthoxylum zanthoxyloides (écorces de fagara en français)

-Racine de zanthoxylum zanthoxyloides (racine de fagara en français)

– Racines de securidaca longepedunculata (racine de l’arbre violette en français)

 

5. Préparation

Piler les ingrédients pour les rendre en poudre fine

 

6. Mode d’emploi

Dès le début des règles (menstrues), pendant et après les règles prendre pendant 21 jours au milieu des repas une cuillerée à café de la poudre dans de l’eau tiède matin et soir.

 

NB : Le traitement de la dystrophie ovarienne consiste à soulager les symptômes. La modification du régime alimentaire est nécessaire, perdre du poids, Consommer moins d’aliments gras et sucrés.

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire