Créer un site internet

LES FACTEURS DE RISQUE DU KYSTE DE L'ÉPIDIDYME

  • Par
  • Le 26/04/2020
  • 0 commentaire

LES FACTEURS DE RISQUE DU KYSTE DE L'ÉPIDIDYME

 
LES FACTEURS DE RISQUE DU KYSTE DE L'ÉPIDIDYME
 
L’épididyme (du grec epididumis) est un organe appartenant à l’appareil reproducteur masculin situé au niveau de la paroi du testicule.
Le kyste del’épididyme ou encore appelés le kyste testiculaire  ou du spermatocèle.  Se développe aux dépens de la partie renflée de la partie supérieure ou tête de l’épididyme. Il peut exister un ou plusieurs kystes au sein du même épididyme. Le kyste de l'épididyme est une pathologie qui peut survenir à tout âge. L'épididyme est situé au niveau de la paroi du testicule, cette structure est essentielle à la maturation et au transport des spermatozoïdes. Relativement fréquents, ces kystes s'avèrent parfois très douloureux et nécessitent alors une intervention.
Mais avant d’aller cependant plus loin dans notre rédaction,  et au cas où vous êtes concernez par cet affection et voulez a tout prix éviter une intervention chirurgicale que les experts en santé de DAWABIO après maintes recherches vous proposes une solution très efficaces a bases de plantes médicinales pour soigner les kystes de l’épididymeCliquer sur l’image ci-dessous pour découvrir ce traitement naturel.
 
Anatomie
Position. Les épididymes sont au nombre de deux. Chaque épididyme borde la face supérieure et postérieure de chaque testicule.
Structure. L’épididyme est constitué d’un tube rétracté, nommé canal épididymaire, mesurant en moyenne six mètres de long. Il est constitué de trois parties:
·        La tête de l’épididyme qui prend naissance sur la partie supérieure du testicule ;
·        Le corps de l’épididyme qui est la partie intermédiaire se prolongeant sur la face dorsale du testicule ;
·        La queue de l’épididyme qui constitue la dernière partie se prolongeant par le canal déférent.

Enveloppe :
. L’épididyme et le testicule sont contenus dans le scrotum, dont la paroi constitue la tunique vaginale.
Points d’attaches. L’épididyme est relié au testicule grâce aux ligaments épididymaires supérieur et inférieur.
Vascularisation. L’épididyme est vascularisé par les artères testiculaires.
Production de spermatozoïdes
Maturation des spermatozoïdes. La spermatogenèse se déroule au sein du testicule. Ensuite, les spermatozoïdes sont recueillis au sein de l’épididyme où ils achèvent leur maturation.
Stockage et cheminement des spermatozoïdes. Les spermatozoïdes sont stockés principalement au niveau de la queue de l’épididyme mais également au niveau du corps. Les contractions de la paroi musculaire de l’épididyme permettront d’acheminer les spermatozoïdes vers le conduit déférent.
Protection de l’épididyme. L’épididyme et le testicule sont protégés des chocs par le scrotum.
Pathologies associées à l'épididyme
Epididymite. Cette pathologie correspond à une inflammation de l’épididyme. Elle est souvent associée à une autre inflammation au niveau de la prostate ou de l’urètre. Cette inflammation peut être due à une infection bactérienne. Elle se manifeste par des montées de fièvre, des rougeurs, de gonflements et de douleurs vives au niveau des testicules.
Kyste de l’épididyme. Un kyste est une cavité remplie de liquide qui peut notamment se développer au niveau de la tête de l’épididyme. Le développement d’un kyste peut entraîner une gêne et des douleurs au niveau des testicules.
Cancer du testicule. Des tumeurs malignes peuvent se développer au niveau du testicule et de l’épididyme. Ces tumeurs peuvent rester longtemps silencieuses sans provoquer de douleurs particulières. Elles sont le plus souvent révélées par palpation en constatant la présence d’une masse dure.
Facteurs de risque
a) Facteurs ethniques et socioéconomiques :
Plusieurs études ont montré l’impact de ces facteurs dans la survenue de MIT, sans montrer le lien de causalité Une prédominance chez les hommes de la race noire, et des sujets de bas niveau socioéconomique a été constatée.
 b) Facteurs génétiques :
 Plusieurs gènes sont incriminés dans la survenue de MIT : +Mutation non sens du gène Phosphodiesterase 11A(PDE11A) qui code une protéine qui joue un rôle de régulation de la concentration intracellulaire de l’AMPc et la GMPc. [34] +d’autres mutations d’autres gènes ont été identifiées dont la mutation du gène SLC34A2 et GALNT3, les deux codent une protéine impliquée dans le transport et le métabolisme du phosphate.
CIRCONSTANCES DE DECOUVERTE
- Le symptôme dominant le plus fréquent des kystes testiculaires est la tuméfaction indolore du testicule ; 30 à 40% des patients se plaignent d’une douleur sourde irradiant dans l’aine, le périnée ou le scrotum. Les douleurs aiguës sont rares dans les tumeurs testiculaires. En présence d’une épididymite ou une orchi-épididymite, un contrôle rapproché est impératif . La masse dure en plein parenchyme représente la forme typique, elle est volontiers insensible ou peu douloureuse. - Une grosse bourse ; dont le contenu scrotal n’est pas dissociable. - Les « bourses aiguës » associent une douleur à des signes inflammatoires ; elles représentent le diagnostic différentiel le plus courant des tumeurs malignes du testicule. - La bourse plate et vide associée à des douleurs abdominales et à une altération de l’état général ou à une gynécomastie doit faire évoquer la possibilité d’une tumeur du testicule en position ectopique. - Les douleurs lombaires sont retrouvées chez 10% des patients et s’associent volontiers à des douleurs abdominales, anorexie, elles sont le témoin d’adénopathies rétro péritonéales. - La gynécomastie est retrouvée dans 5à 10% des cas et doit faire rechercher une tumeur testiculaire. - La découverte peut être fortuite à l’occasion d’un bilan de stérilité ou par la palpation simple des organes génitaux externes (toilette, partenaire sexuel). -Les métastases pulmonaires découvertes par la toux, dyspnée ou hémoptysie représentent une circonstance rare, elles sont volontiers le témoin de tumeur ayant un contingent choriocarcinomateux.
Les facteurs qui augmentent le risque de kyste testiculaires varient en raison des diverses causes d'anomalies testiculaire. Antécédent de cancer testiculaire ou de néoplasie germinal intra tubulaire controlatéral.
La présence d'un syndrome de dysgénésie gonadique associant plus ou moins :
un antécédent de cryptorchidie (homo- ou controlatérale). Présente dans presque 10 % des cas, elle multiplie le risque de cancer par 5 à 10 fois selon l'âge et la date du traitement. Un abaissement testiculaire chirurgical, s'il ne permet pas de réduire le risque de cancer, a l'avantage de faciliter la palpation testiculaire ;
·        une atrophie testiculaire ;
·        un hypospade ;
·        des troubles de la fertilité.
·        Syndrome de Klinefelter.
·        Infertilité.
Antécédent familial de premier degré.
D'autres facteurs favorisants sont discutés comme certains facteurs environnementaux tels que la prise d'oestrogènes par la mère pendant la grossesse, l'exposition à certaines substances de l'industrie chimique, ou à certaines substances présentes dans l'environnement (insecticides, herbicides).
Bourse aiguë atypique :
 Le problème se pose chez un homme jeune présentant une bourse douloureuse aiguë, mais sans les signes cliniques caractéristiques d’une torsion du cordon spermatique ou d’une orchi-épididymite. C’est le problème du diagnostic différentiel avec une tumeur germinale à révélation aiguë (environ 10% des tumeurs testiculaires).
Les facteurs de risque importants comprennent:
Testicule non descendu ou rétractile
Un testicule non descendu ne quitte pas l'abdomen et n'entre pas dans le scrotum pendant le développement fœtal ou la petite enfance. Un testicule rétractile descend dans le scrotum, mais se retire dans l'abdomen. L'un ou l'autre pourrait augmenter le risque de:
Hernie inguinale
Torsion testiculaire
Cancer des testicules
Anomalies présentes à la naissance
Des anomalies des testicules, du pénis ou des reins présents à la naissance (congénitales) pourraient augmenter le risque de masse scrotale et de cancer des testicules plus tard dans la vie.
EXAMEN CLINIQUE
- Dans la forme typique : La palpation retrouve une tuméfaction testiculaire dure irrégulière déformant le testicule, insensible ou peu douloureuse à la palpation. La tumeur est séparée de l’épididyme par le sillon inter-épididymotesticulaire (Signe de Chevassu). Il peut s’agir d’une tumeur pesante, volumineuse ou d’un nodule testiculaire dur qui peut évoquer à tort un noyau épididymaire. La tumeur est opaque à la transillumination. Toute lésion testiculaire est considérée comme maligne jusqu’à preuve du contraire.
Le testicule tumoral peut présenter plusieurs aspects :
- Lorsque la tumeur est localisée au testicule, le cordon et les enveloppes scrotales sont normaux. L’épididyme est perçu, courant sur la surface testiculaire (signe de chevassu). Ainsi toute masse intra testiculaire dure, parfois irrégulière, et modifiant la consistance du testicule doit être considérée comme une tumeur du testicule jusqu’à preuve du contraire. Cette tumeur doit être palpée doucement de manière à ne pas augmenter les risques de métastases.
 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire