Créer un site internet

Endometriose 3

HÉRÉDITÉ ET TRAITEMENT NATUREL DE L' ENDOMÉTRIOSE

  • Par
  • Le 21/08/2020
  • 0 commentaire

Généralité

L’endométriose est une maladie gynécologique causée par la présence de cellules de l'endomètre en-dehors de l'utérus. Il est souvent un trouble douloureux dans lequel le tissu est similaire au tissu qui tapisse normalement l'intérieur de votre utérus. L'endomètre se développe à l'extérieur de votre utérus. L'endométriose implique le plus souvent les ovaires, les trompes de Fallope et les tissus qui tapissent le bassin. Rarement, le tissu endométrial peut se propager au-delà des organes pelviens.

Avec l'endométriose, le tissu de type endométrial agit comme le ferait le tissu endométrial, il s'épaissit, se décompose et saigne à chaque cycle menstruel. Mais parce que ce tissu n'a aucun moyen de sortir de votre corps, il se retrouve piégé. Lorsque l'endométriose implique les ovaires, des kystes appelés endométriomes peuvent se former. Les tissus environnants peuvent s'irriter et éventuellement développer des tissus cicatriciels et des adhérences; des bandes anormales de tissus fibreux qui peuvent faire adhérer les tissus et les organes pelviens.

Remède naturel

Ce traitement naturel  pour soigner l’endométriose supprimera les douleurs que vous ressentez lors des règles et   de vos rapport sexuels (dispareunie) . A chacune de vos règles ces douleurs reviennent encore plus forte que lors du cycle precedent. Sachez que les endometrioses ont pour conséquences principale des douleurs atroces lors des règles. Cependant, elle peuvent aussi être responsable d’infertilité: soit en obstruant vos trompes, soit en empêchant l’ovulation(anovulation). En effet, 30 à 40% des femmes souffrants d’endometriose sont infertiles.

En suivant notre traitement naturel et grâce à une alimentation appropriée , les douleurs peuvent être soulagés et vous aurez enfin la possibilité d’avoir un enfant. Rassurez vous. Nous utilisons les plantes pour soigner l’endométriose. Cette tisane naturelle facilite aussi les multiplications cellulaires relatives à la fertilité, à la croissance, à la cicatrisation, à l’immunité; à la synthèse et à la sécrétion de nombreuses hormones. Pour découvrir ce produit, cliquez sur l'image.

Nos contacts: +33644661758 ou +22990312738

Endo 3

Les symptômes                                                      

Le principal symptôme de l'endométriose est une douleur pelvienne, souvent associée à des menstruations. Bien que de nombreuses personnes éprouvent des crampes pendant leurs menstruations, celles souffrant d'endométriose décrivent généralement des douleurs menstruelles bien pires que d'habitude. La douleur peut également augmenter avec le temps.

Les signes et symptômes courants de l'endométriose comprennent:

Périodes douloureuses (dysménorrhée). Vous pouvez également ressentir des douleurs lombaires et abdominales.

Douleur lors des rapports sexuels.

Douleur avec selles ou miction.

Saignement excessif.

Infertilité. Parfois, l'endométriose est d'abord diagnostiquée chez ceux qui cherchent un traitement pour l'infertilité.

Autres signes et symptômes. Vous pouvez ressentir de la fatigue, de la diarrhée, de la constipation, des ballonnements ou des nausées, surtout pendant les menstruations.

La gravité de votre douleur n'est pas nécessairement un indicateur fiable de l'étendue de la maladie. Vous pouvez avoir une endométriose légère avec une douleur intense, ou vous pouvez avoir une endométriose avancée avec peu ou pas de douleur.

L’endométriose est-elle héréditaire ?

L’hérédité est un facteur d’augmentation des risques mais il ne signifie pas systématiquement que toute femme dans une famille développera la maladie. Deux sœurs peuvent avoir de l’endométriose, et une troisième ne pas en avoir. Comme pour toute autre pathologie, l’hérédité en endométriose doit avant tout nous permettre d’être vigilant face à tout symptôme d’appel comme les douleurs de règles.

Il y a indiscutablement des endométrioses familiales. L'endométriose est une maladie qui est génétique comme bien d'autres. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle dans une famille, lorsqu'il y a une adolescente qui a des règles douloureuses et qui a un diagnostic identifié d'endométriose, il faut être très prudent chez les sœurs par exemple qui commencent à déclencher les mêmes problèmes.

L'endométriose peut provoquer des douleurs parfois sévères, surtout pendant les menstruations. Des problèmes de fertilité peuvent également se développer. Il est parfois confondu avec d'autres conditions qui peuvent provoquer des douleurs pelviennes, telles que la maladie inflammatoire pelvienne (PID) ou les kystes ovariens. Il peut être confondu avec le syndrome du côlon irritable (IBS), une affection qui provoque des excès de diarrhée, de constipation et de crampes abdominales. L'IBS peut accompagner l'endométriose, ce qui peut compliquer le diagnostic.

Traitement médical

Le traitement consiste essentiellement à soulager la douleur.

L'endométriose n'est traitée qu'en cas de douleurs, d'infertilité ou d'endométriome (kyste).

Le traitement de l’endométriose n’est pas simple en raison des récidives fréquentes quelques mois après l’arrêt du traitement (les douleurs reviennent souvent entre 6 et 12 mois après le traitement).

Le traitement par anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) peut atténuer les douleurs.

Lorsque les lésions d’endométriose sont sensibles aux hormones, on utilise des traitements qui diminuent le taux d’oestrogènes (les anti-oestrogènes) pour réduire les saignements endométriaux et faire régresser les lésions.

On peut utiliser pour cela les contraceptifs oraux combinés (œstrogène + progestatif) ou les progestatifs seuls (notamment en stérilet). Cette première option, souvent associée aux AINS, échoue cependant dans plus d’un cas sur cinq.

Le danazol (une hormone proche de la testostérone qui bloque l’activité des oestrogènes et de la progestérone) ou les agonistes de la GnRH (en injection mensuelle) qui suppriment les règles sont parfois utilisés dans l’endométriose mais ne sont pas dénués d’effets secondaires, notamment osseux (jusqu’à 13 % de perte de densité osseuse en six mois dans certaines études).

                        

De tous ce qui précède, on retient que l’endométriose est une pathologie fréquente, invalidante et coûteuse pour la société, dont la physiopathologie demeure énigmatique. Elle est considérée comme une maladie multifactorielle, résultant de l’effet combiné de facteurs génétiques et environnementaux. À ce jour, peu de facteurs génétiques de susceptibilité ont été mis en évidence, à l’exception peut-être de certains polymorphismes touchant les récepteurs aux estrogènes et à la progestérone. L’endométriose est en effet une maladie hormonodépendante, dont les rôles de l’inflammation locale, de l’hyperestrogénie et de la résistance à la progestérone dans la physiopathologie ont été clairement démontrés par les études d’expression pangénomiques. L’endométriose, considérée comme une maladie métastatique bénigne, présente des similitudes avec le cancer, même si le risque de transformation maligne semble limité par une régulation spécifique des gènes HOX et des gènes impliqués dans le cycle cellulaire. Enfin, il est maintenant envisagé que l’endométriose puisse être une maladie de l’endomètre, où l’on retrouve a minima les anomalies génétiques présentes dans les lésions, et qui pourrait se développer dès la vie embryonnaire, sous l’action de facteurs de prédisposition génétiques et épigénétiques. Ces altérations ouvrent potentiellement la voie à un diagnostic précoce de la maladie et à l’identification des lésions présentant un risque réel de dégénérescence vers un cancer de l’ovaire, même si ce risque semble minime pour la majorité des patientes.

 

 

traiter endométriose avec plante guérir naturellement de l'endométriose tisane pour endométriose

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire